22 Jun 2021

Acheter des obligations vertes à prime ?

greenium
Left-side-image

Les émissions d'obligations vertes ont atteint des niveaux record en 2020 malgré la pandémie, preuve du solide appétit des investisseurs pour les véhicules d'investissement qui contribuent activement à la lutte contre le changement climatique. François Millet, Head of ETF Strategy, ESG and Innovation chez Lyxor, nous explique pourquoi certaines de ces obligations présentent désormais une « prime verte » (ou « greenium ») et dans quelle mesure les investisseurs sont prêts à accepter des rendements plus faibles pour faire la différence.

Où en est le marché des obligations vertes en cette sortie de crise du Covid-19 ?

La pandémie a mis en évidence le rôle que les investisseurs peuvent jouer dans une reprise durable et écologique, et depuis, le discours politique insiste sur la nécessité de « reconstruire en mieux ».
 
Fin mai 2021, la Climate Bonds Initiative (CBI) évaluait à 150 milliards de dollars l'encours d'obligations vertes en circulation, après une année 2020 record au cours de laquelle 178 milliards de dollars d'obligations vertes ont été émis au second semestre, soit presque deux fois le montant des émissions au premier semestre (91,6 milliards de dollars).
Le boom des obligations vertes souveraines en 2021 a marqué un véritable tournant dans le développement du marché des green bonds. Encore inexistant il y a quatre ans, le segment des emprunts d'État verts a été sollicité pour la première fois par l'Allemagne en 2020, tandis que l'Italie a fait sont entrée sur ce marché en 2021.
Cette offre souveraine apportera davantage de crédibilité et de liquidité au marché des obligations vertes, en envoyant un signal fort qui incitera davantage d'entreprises à financer leurs investissements par le biais d'obligations vertes.
 
L'Union européenne s'est engagée à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050 dans le cadre de sa transition numérique et de son plan de relance post Covid-19. La Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a confirmé l'intention de l'UE d'émettre 225 milliards d'euros d'obligations vertes dans les prochaines années. Pour parvenir à une Europe climatiquement neutre d'ici à 2050, l'UE est sur le point d'annoncer un vaste train de mesures baptisé « Fit-for-55 » et destiné à soutenir le Pacte vert et le nouvel objectif de réduction des émissions de 55% d'ici 2030.
 
Les experts de la CBI anticipent une forte croissance du côté des États-Unis eu égard à l'engagement de Joe Biden en faveur de la lutte contre le changement climatique. Son administration a déjà prouvé sa détermination en réintégrant l'Accord de Paris et en nommant une équipe d'experts dédiés de haut niveau.
 
Fin septembre 2020, par la voix de son président Xi Jinping, la Chine a fait part de son engagement à atteindre la neutralité carbone d'ici 2060. L'Empire du Milieu est responsable de 30% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et est déjà le deuxième plus grand émetteur d'obligations vertes (après les États-Unis), avec un montant cumulé de 130 milliards de dollars. Des investissements bien plus importants encore seront nécessaires pour réaliser son ambition.
 
De tels engagements pourraient fortement encourager les émetteurs et les investisseurs à se tourner vers les obligations vertes.

Les investisseurs sont-ils prêts à payer un prix plus élevé pour les obligations vertes, la fameuse « prime verte » ?

Les obligations vertes assorties d'une « prime verte » sont celles émises à un prix plus élevé et qui offrent donc un rendement inférieur par rapport à la dette en circulation. Rien ne justifie cependant que le fait pour une obligation d'être « verte » influence son prix, dès lors que les obligations vertes sont de même rang que les autres obligations émises par un même émetteur et de même séniorité. À en croire les données de la CBI, quand bien même une obligation est assortie d'une prime verte en raison de coûts liés notamment aux Second Party Opinions et aux obligations de certification, la différence est généralement négligeable.
Plusieurs raisons poussent les investisseurs à acheter des obligations assorties d'une prime verte. Ainsi, l'investissement dans des green bonds peut être considéré comme un réel engagement des investisseurs de « faire leur part » et d'allouer des capitaux d'une manière qui soit déterminante dans la lutte contre le changement climatique. Par ailleurs, les obligations vertes présentent généralement une volatilité moindre par rapport aux obligations conventionnelles, et constituent dès lors une proposition plus attrayante aux yeux de nombreux investisseurs. Lorsqu'une entreprise émet des obligations vertes, elle démontre son inclinaison à se positionner à la pointe de la transition, et les investisseurs partent du principe qu'elle devrait comporter un risque moins élevé à terme.
Si le nombre de green bonds assorties d'une prime verte reste modeste, il va croissant, tout comme l'appétit des investisseurs. Les données de la CBI montrent qu'entre 2016 et 2019, seuls 22% des émissions vertes en euros et 14% des émissions vertes en dollars ont bel et bien exigé une prime verte. Au premier semestre 2020, la CBI a calculé des courbes de rendement pour 33 des 54 obligations composant son échantillon. Dans 52% des cas, elles se sont négociées « dans la courbe » et ont donc affiché une prime verte. Au second semestre, cette proportion est passée à 79%, preuve d'un solide appétit de la part des investisseurs.
La CBI estime qu'en 2020, plus des deux tiers (70%) des obligations vertes en euros ont atteint des niveaux de sursouscription plus élevés que leurs homologues classiques, et trois quarts ont enregistré une compression plus importante de leurs spreads.

Que nous apprend une industrie telle que la construction automobile sur le concept de prime verte ?

La base de données des obligations vertes de la Climate Bonds Initiative comprend 28 obligations vertes de dix émetteurs du secteur automobile, pour un montant total de 9,9 milliards de dollars actuellement. Dans un segment du marché où toute diversification sectorielle est plus que bienvenue, ces émissions ont été très bien accueillies.
 
Mais elles ne représentent qu'une infime partie du marché potentiel. En février 2021, on comptait 90 entreprises automobiles dont les 2.465 obligations en circulation représentaient un montant de 719 milliards de dollars.
 
Tout indique que la tendance à l'émission d'obligations vertes s'accélère dans le secteur automobile. Au troisième trimestre 2020, quatre constructeurs automobiles de premier plan ont émis leurs premières obligations vertes, toutes assorties d'une prime verte, afin de financer leur transition vers les véhicules à batterie électrique et/ou à pile à combustible au détriment des modèles dotés de moteurs à combustion interne. Ces émissions de référence en euros ont notamment émané des constructeurs Daimler (propriétaire de la marque Mercedes Benz), Volkswagen et Volvo.

automaker

 Volkswagen, en pole position en tant que plus grand émetteur d'obligations vertes du secteur, a émis deux obligations vertes le 16 septembre 2020, après avoir retardé le lancement prévu en mars pour éviter le chaos lié à l'épidémie de Covid-19.
 
Les deux obligations se sont échangées à un prix se situant dans la courbe de rendement conventionnelle de Volkswagen, avec une prime donc. Le cadre de financement prévoit deux affectations en faveur de projets durables : le développement de véhicules électriques à partir de la plateforme modulaire MEB et l'infrastructure de recharge. Volkswagen a indiqué que les investisseurs socialement responsables avaient souscrit environ 69% de l'obligation à 8 ans et 74% de celle à 12 ans. 

Source de toutes les données, sauf mention contraire : Climate Bonds Initiative, Green Bond Pricing in the Primary Market: July – December 2020

La Climate Bonds Initiative a publié son rapport sur le prix des obligations vertes sur le marché primaire pour le second semestre 2020, sponsorisé par Lyxor. Le rapport montre que la demande des investisseurs pour des obligations vertes de qualité et labellisées est en augmentation, comme en témoigne la forte proportion d'obligations dont le prix se situe « dans » la courbe – la « prime verte ».

Lire le rapport complet de la CBI sur le prix des obligations vertes

green bond pricing

Pour en savoir plus sur les obligations vertes, écoutez le premier épisode de notre série de podcasts, « Banking on a greener future », réalisé en collaboration avec la Danske Bank et la Climate Bonds Initiative.

Lyxor podcast

Nous approchons du jour où le sort d'une entreprise dépendra de son empreinte carbone, de son impact sur le réchauffement climatique et de sa volonté de résoudre des enjeux sociétaux d'ordre général avec la même ardeur que celle qu'elle affiche pour améliorer ses indicateurs financiers. Les meilleures décisions d'investissement sont celles qui sont prises en tenant compte de ces aspects.


Découvrez dans notre dernière analyse combien il est simple pour un investisseur obligataire de faire sa part en intégrant à son portefeuille des obligations vertes. Cet impact est illustré à travers des études de cas de la Danske Bank en matière d'émission d'obligations vertes dans le premier épisode de notre série de podcasts.


Investir dans notre gamme unique d'ETF sur obligations vertes ou d'ETF ESG sur obligations d'entreprises peut vous aider à éclaircir les perspectives financières de vos clients ou de vos proches.


Comme toujours, vous pouvez vous rendre sur notre Hub ESG pour en savoir plus sur la gamme d'ETF obligataires ESG de Lyxor.

Le présent article est publié à titre strictement informatif et ne constitue pas un conseil d'investissement. Lyxor ETF n'appuie ni ne promeut les sociétés citées dans cet article, de quelque façon que ce soit.

Les ETF présentent un rique de perte en capital ainsi que d’autres risques détaillés ci-dessous.

Il est important pour les potentiels investisseurs d'évaluer les risques décrits ci-dessous et dans les documentations produits disponibles sur le site lyxoretf.com 

LES RISQUES LIÉS À L’INVESTISSEMENT

RISQUE DE PERTE EN CAPITAL : Les ETF sont des instruments de réplication : leur profil de risque est similaire à celui d’un investissement direct dans l’Indice sous-jacent. Le capital des investisseurs est entièrement à risque et il se peut que ces derniers ne récupèrent pas le montant initialement investi.
RISQUE DE REPLICATION : Les objectifs du fonds peuvent ne pas être atteints si des événements inattendus surviennent sur les marchés sous-jacents et ont un impact sur le calcul de l’indice et l’efficacité de la réplication du fonds.
RISQUE DE CONTREPARTIE : Dans le cas des ETF synthétiques, les investisseurs sont exposés aux risques découlant de l’utilisation de Swaps de gré à gré avec la Société Générale. Conformément à la réglementation OPCVM, l’exposition à un Swap de contrepartie ne peut pas dépasser 10% des actifs totaux du fonds. Les ETF à réplication physique peuvent être exposés au risque de contrepartie s'ils ont recours au prêt de titres. 
RISQUE SOUS-JACENT : L’Indice sous-jacent d’un ETF Lyxor peut être complexe et volatil. Dans le cas des investissements en matières premières, l’Indice sous-jacent est calculé par rapport aux contrats futures sur matières premières, ce qui expose l’investisseur à un risque de liquidité lié aux coûts, par exemple de portage et de transport. Les ETF exposés aux Marchés émergents comportent un risque de perte potentielle plus élevé que ceux qui investissent dans les Marchés développés, car ils sont exposés à de nombreux risques imprévisibles inhérents à ces marchés. 
RISQUE DE CHANGE : Les ETF peuvent être exposés au risque de change s’ils sont libellés dans une devise différente de celle de l’Indice sous-jacent qu’ils répliquent. Cela signifie que les fluctuations des taux de change peuvent avoir un impact positif ou négatif sur les rendements. 
RISQUE DE LIQUIDITE : La liquidité est fournie par des teneurs de marché enregistrés sur les bourses où les ETF sont cotés, en ce compris la Société Générale. La liquidité sur les bourses peut être limitée du fait d’une suspension du marché sous-jacent représenté par l’Indice sous-jacent suivi par l’ETF, d’une erreur des systèmes de l’une des bourses concernées, de la Société Générale ou d’autres teneurs de marché, ou d’une situation ou d’un événement exceptionnel(le).
RISQUE DE CONCENTRATION : Certains ETF à l’instar des ETF thématiques et Smart Beta sélectionnent des titres actions et obligations pour leur portefeuille sur la base d’un indice d’origine de référence. Dans le cas où les règles de sélection sont particulièrement strictes, le portefeuille peut être plus concentré et le risque est réparti sur moins de titres que l’indice d’origine.

Informations importantes
Ce document est destiné exclusivement à des investisseurs agissant pour compte propre et appartenant à la classification «contreparties éligibles» ou «clients professionnels  au sens de la directive 2014/65/EU relative aux marchés d’instruments financiers.
Ce document est de nature commerciale et non règlementaire. Avant tout investissement dans ce produit, les investisseurs sont invités à se rapprocher de leurs conseils financiers, fiscaux, comptables et juridiques. Il appartient à chaque investisseur de s’assurer qu’il est autorisé à souscrire ou à investir dans ce produit.
Les UCITS ETFs Lyxor sont des fonds français ou luxembourgeois, agréés respectivement par l’Autorité des marchés financiers ou la Commission de Surveillance du Secteur Financier, et dont les parts ou actions sont autorisées à la commercialisation dans plusieurs pays européens (les Pays de Commercialisation) conformément à l’article 93 de la Directive 2009/65/CE. Lyxor International Asset Management (LIAM) recommande aux investisseurs de lire attentivement la rubrique «Profil de risque» de la documentation produit (prospectus et DICI, le cas échéant). Le prospectus en français (pour les UCITS ETFs français) ou en anglais (pour les UCITS ETFs luxembourgeois),  ainsi que le DICI dans les langues des Pays de Commercialisation sont disponibles gratuitement sur www.lyxoretf.com  ou sur demande auprès de client-services-etf@lyxor.com .
La composition actualisée du portefeuille d’investissement des UCITS ETFs Lyxor est mentionnée sur le site www.lyxoretf.com . En outre, la valeur liquidative indicative figure sur les pages Reuters et Bloomberg du produit et peut également être mentionnée sur les sites internet des places de cotation du produit. Les UCITS ETFs font l’objet de contrats d’animation qui visent à assurer la liquidité du produit en bourse, dans des conditions normales de marché et de fonctionnement informatique. Les parts ou actions de l’OPCVM coté («UCITS ETF») acquises sur le marché secondaire ne peuvent généralement pas être directement revendues à l’OPCVM coté. Les investisseurs doivent acheter et vendre les parts/actions sur un marché secondaire avec l’assistance d’un intermédiaire (par exemple un courtier) et peuvent ainsi supporter des frais. En outre, il est possible que les investisseurs paient davantage que la valeur nette d’inventaire actuelle lorsqu’ils achètent des parts /actions et reçoivent moins que la valeur nette d’inventaire actuelle à la revente.
Ces produits comportent un risque de perte en capital. Leur valeur de remboursement peut être inférieure au montant investi. Dans le pire des scénarii, les investisseurs peuvent perdre jusqu’à la totalité de leur investissement. Il n’y a aucune garantie que l’objectif du fonds soit atteint. Le fonds peut ne pas toujours être en mesure de répliquer parfaitement la performance de(s) (l’) indice(s).
Les indices et marques utilisées dans ce document sont la propriété intellectuelle des sponsors d’indices et leur utilisation est soumise à licence. Les UCITS ETFs Lyxor ne bénéficient pas, de quelque manière que ce soit, du parrainage, du soutien ou de la promotion des sponsors d’indices, qui n’assument aucune responsabilité en lien avec ces produits.
Les indices ne sont ni parrainés, ni approuvés, ni vendus par Société Générale ou LIAM. Ni Société Générale ni LIAM n’assumeront une quelconque responsabilité à ce titre.
Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas enregistrées en vertu du U.S. Securities Act de 1933, tel que modifié (le U.S. Securities Act) et ne peuvent être ni offertes, ni cédées, ni transférées, ni transmises, ni attribuées aux États-Unis d’Amérique ou à tout ressortissant américain (US Person) tel que ce terme est défini par la Réglementation S de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières (Regulation S of the US Securities Act). Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas offertes à des US Persons. Les parts ou actions des UCITS ETFs seront offertes uniquement en dehors des États-Unis d’Amérique à des personnes n’étant pas des ressortissants américains (non-US Persons).
Aux fins des présentes, une US Person désigne, mais sans s’y limiter, toute personne physique résidant aux États-Unis d’Amérique, toute entité organisée ou constituée en vertu du droit des États-Unis d’Amérique, certaines entités organisées ou constituées en dehors des États-Unis d’Amérique par des ressortissants américains, ou tout compte détenu au profit d’un tel ressortissant américain.
Ce document ne constitue, de la part de Société Générale, LIAM ou l’une de leur filiale, ni une offre, ni la sollicitation d’une offre en vue de l’achat ou de la vente du produit qui y est décrit. Lyxor International  Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2014/91/EU) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel.

Disclaimer Recherche
Lyxor International Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2009/65/CE) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel. Lyxor International Asset Management (LIAM) ou Lyxor Asset Management (LAM) peuvent ou ont pu entretenir des relations commerciales avec des entreprises couvertes par les rapports de recherche. En conséquence, les investisseurs doivent etre informés que LIAM, LAM, ou leurs employés, peuvent avoir un conflit d’intérêt susceptible de porter atteinte à l’objectivité de ce rapport. Dans le cadre de la prise de décision d’investissement, les investisseurs doivent considérer ce rapport comme un facteur individuel. Merci de vous référer à l’appendice de ce document pour la ou les certification(s) du ou des analyste(s), des informations importantes et les disclaimers. Ou consulter notre page web dediée lyxoretf.com/compliance.

LIAM sales group disclaimer
Ce message est produit par le département de vente de LIAM et non pas de la Recherche cross-asset. Ce message est destiné exclusivement à des investisseurs agissant pour compte propre et appartenant à la classification « contreparties éligibles » ou « clients professionnels ». Il ne s’adresse pas à des investisseurs particuliers. Ce document ne peut être pas qualifié de recherche indépendante sur les investissements et doit être considéré comme une communication marketing même s’il contient une référence de recherche. Consultez notre page web dediée ici : www.lyxoretf.com/compliance.

Conflit d’intérêt
Le contenu de cette page reflète les vues, opinions et recommandations de la recherche cross-asset de Lyxor Asset Management ("LAM") et des analystes et stratégistes de la recherche ETF de Lyxor International Asset Management ("LIAM"). Dans la mesure où cette recherche recouvre des idées d’investissement fondées sur des vues macroéconomiques de conditions de marchés ou de valeur relative, elle peut être différente des opinions et recommandations fondamentales de la recherche cross-asset et de la recherche ETF présentées dans les rapports de recherche sur des secteurs ou entreprises produits par la recherche cross-asset ou la recherche ETF, ainsi que des vues et opinions d’autres départements de LAM, LIAM et de leurs filiales. Les analystes et/ou stratégistes de la recherche cross-asset Lyxor et de la recherche ETF consultent périodiquement les équipes commerciales et les équipes de gestion de LIAM ou LAM à propos d’informations sur le marché, incluant, mais ne se limitant pas, à l’établissement des cours, des niveaux de spreads et de l’activité de négociation des ETF répliquant des indices actions, obligataires et sur matières premières. Les tables de négociation peuvent négocier ou avoir négocié en tant que principal sur la base de vues et rapports des analystes de recherche. Lyxor a des politiques et procédure de recherche obligatoires qui sont raisonnablement conçues pour (i) s’assurer que les faits présentés dans les rapports de recherche sont fondés sur des informations fiables et (ii) pour éviter la diffusion sélective et non appropriée de rapports de recherche. En outre, les analystes de recherche reçoivent une rétribution sur la base, en partie, de la qualité et de la précision de leur analyse, des retours formulés par les clients, de facteurs concurrentiels et de l’ensemble des revenus de LIAM ou LAM, inclus les revenus des frais de gestion, des frais de conseil en gestion et des commissions de distribution.


© 2021 LYXOR INTERNATIONAL ASSET MANAGEMENT ALL RIGHT