29 Jun 2021

Face au « greenwashing », les obligations vertes pourraient fournir la solution

Banner-image

Grâce aux groupes de pression et aux médias, nous sommes désormais plus conscients que jamais de la notion de « greenwashing ». Qu'il s'agisse d'un produit « vegan » testé sur des animaux, d'une paille en papier qui ne peut être recyclée ou d'une entreprise adoptant un logo vert sans changer son activité, tout cela découle de la volonté des consommateurs d'adopter un mode de vie plus durable.

Le greenwashing est une tendance potentiellement dangereuse, car il nous incite à croire que nous faisons partie de la solution à un problème, alors que nous pourrions en fait l'aggraver. À l'échelle de millions de personnes, l'effet cumulé pourrait être désastreux.

Si les accusations de greenwashing sont particulièrement nombreuses dans les biens de consommation (pensez à la fast fashion, à l'alimentation et aux boissons), des questions analogues se posent quant à la réelle dimension « verte » de certains produits d'investissement dès lors que les investisseurs se tournent de plus en plus vers les placements ESG et climatiques.

Il est essentiel d'aborder ces questions. Après tout, les investisseurs ont énormément de pouvoir pour soutenir ou pénaliser les sociétés dont les normes sont défaillantes ou les promesses trop ambitieuses. Lorsqu'un investisseur évalue la performance environnementale d'un investissement, il peut se rendre compte de sa pertinence ou comprendre qu'il existe des solutions plus appropriées pour déployer son capital.


Si vous suivez nos blogs, vous savez déjà que Lyxor apprécie particulièrement les obligations vertes – des titres à revenu fixe dont les produits servent à financer des projets écologiques. Nous avons lancé le premier ETF sur obligations vertes au monde en 2017 et nous nous réjouissons de l'essor enregistré par le marché ces dernières années. Pour connaître l'impact de notre ETF phare, nous vous invitons à lire le rapport 2020 que nous avons publié récemment.

Pour pouvoir être intégrée dans notre ETF, une obligation verte doit être approuvée par la Climate Bonds Initiative (CBI), une organisation à but non lucratif qui vise à promouvoir les placements en faveur de la transition vers une économie bas carbone et résiliente au changement climatique. Dans son dernier rapport sponsorisé entre autres par Lyxor ETF, la CBI s'est penchée sur le « reporting post-émission », un examen de l'émission d'obligations vertes visant à déterminer si l'émetteur a véritablement réalisé ce à quoi il s'était engagé.

Les conclusions de ce rapport sont intéressantes et permettent de voir si le greenwashing est un problème pour les investisseurs en obligations vertes.

Le rapport de la CBI se penche sur deux aspects principaux du reporting post-émission des obligations vertes : « l'utilisation des produits », c'est-à-dire la façon dont les produits de l'obligation ont été déployés, et « l'impact », en d'autres termes les effets tangibles obtenus.

Pour la CBI, « le reporting sur l'utilisation des produits post-émission est un élément clé des Principes pour les obligations vertes et des Principes relatifs aux prêts verts, et il est également recommandé que les émetteurs rendent compte des impacts environnementaux obtenus ». « La publication d'informations post-émission est source de transparence, garantit la responsabilité et renforce la crédibilité des obligations et des prêts verts. Avec la croissance du marché, l'intérêt des investisseurs pour le reporting relatif à l'utilisation des produits et à l'impact s'est accru afin d'alimenter les processus décisionnels, les analyses et les rapports d'investissement. »

Si la question vous intéresse, nous vous invitons à consulter le rapport dans son intégralité. La CBI a cherché à être la plus complète possible afin de soutenir le développement de l'investissement durable. Le rapport comporte dès lors de nombreuses informations. Nous vous présentons ci-dessous quelques points importants qui méritent, selon nous, d'être soulignés.

L'étude des obligations vertes émises entre novembre 2017 et mars 2019 figurant dans la base de données de la CBI (694 obligations de 408 émetteurs représentant 212 milliards de dollars) a permis de dégager trois grandes conclusions :

  • Le reporting post-émission est répandu parmi les obligations vertes

​Premier constat intéressant de l'étude menée par la CBI : le reporting post-émission est déjà en position de force. 77% des émetteurs, représentant 88% du montant émis en valeur de marché, ont présenté un reporting sur l'utilisation des produits.

  • Le greenwashing est très rare

​Deuxième constat : il y a très peu de cas de greenwashing parmi les émetteurs d'obligations vertes évalués par la CBI. Selon ses estimations, pratiquement tous les émetteurs qui ne communiquaient pas d'informations au moment de l'étude ont désormais au moins communiqué sur l'utilisation des produits.

  • Le reporting d'impact se généralise

​Enfin, le reporting d'impact est de plus en plus courant. Il est toutefois plus complexe que le reporting sur l'utilisation des produits et, selon la CBI, il est très peu standardisé et fait appel à un large éventail d'indicateurs à des fins de mesure et de rapport. 

beyond the attention

Mais alors, qui produit de bons rapports post-émission ? Vous trouverez ci-dessous deux exemples de sociétés qui, selon la CBI, excellent dans le reporting post-émission d'obligations vertes. Elles se retrouvent toutes les deux dans le Lyxor Green Bond (DR) UCITS ETF.

Swire Properties

societe du grand paris

L'une des conclusions du rapport de la CBI est que, malgré un environnement propice au reporting post-émission, celui-ci demeure fragmenté et peut encore être amélioré. En particulier, afin d'améliorer la disponibilité, la qualité et la cohérence des rapports, il conviendrait d'élaborer un cadre de reporting commun et, idéalement, une plateforme de reporting centralisée permettant une meilleure harmonisation des données.

Notons que des efforts ont déjà été déployés (p. ex. le Green Assets Wallet, le Nasdaq Sustainable Bond Network, le LGX DataHub ou encore l'IDB Green Bond Transparency Platform), dans certains cas avec le soutien actif de la CBI.

La prochaine étape pourrait être la mise en place d'une plateforme de reporting plus centralisée et exhaustive à l'échelle mondiale. La Norme de l'UE en matière d'obligations vertes, qui exige déjà l'établissement de rapports d'impact et sur l'utilisation des produits, pourrait déboucher sur une telle solution.

climate bond initiative


Source : Climate Bonds Initiative, Post-issuance reporting in the green bond market, 2021.

Conclusion 

Nous approchons du jour où le sort d'une entreprise dépendra de son empreinte carbone, de son impact sur le réchauffement climatique et de sa volonté de résoudre des enjeux sociétaux d'ordre général avec la même ardeur que celle qu'elle affiche pour améliorer ses indicateurs financiers. Les meilleures décisions d'investissement sont celles qui sont prises en tenant compte de ces aspects.

Notre Lyxor Green Bond (DR) UCITS ETF, conforme à l'article 9 du SFDR, permet facilement aux investisseurs d'agir directement en faveur du climat grâce à leurs portefeuilles obligataires. Vous pouvez également découvrir l'impact de notre ETF sur obligations vertes phare dans notre rapport d'impact 2020.

Plus d'informations sur les ETF sur obligations vertes

Le présent article est publié à titre strictement informatif et ne constitue pas un conseil d'investissement. Lyxor ETF n'appuie ni ne promeut les sociétés citées dans cet article, de quelque façon que ce soit.

Les ETF présentent un rique de perte en capital ainsi que d’autres risques détaillés ci-dessous.


Il est important pour les potentiels investisseurs d'évaluer les risques décrits ci-dessous et dans les documentations produits disponibles sur le site lyxoretf.com 


LES RISQUES LIÉS À L’INVESTISSEMENT
RISQUE DE PERTE EN CAPITAL : Les ETF sont des instruments de réplication : leur profil de risque est similaire à celui d’un investissement direct dans l’Indice sous-jacent. Le capital des investisseurs est entièrement à risque et il se peut que ces derniers ne récupèrent pas le montant initialement investi.
RISQUE DE REPLICATION : Les objectifs du fonds peuvent ne pas être atteints si des événements inattendus surviennent sur les marchés sous-jacents et ont un impact sur le calcul de l’indice et l’efficacité de la réplication du fonds.
RISQUE DE CONTREPARTIE : Dans le cas des ETF synthétiques, les investisseurs sont exposés aux risques découlant de l’utilisation de Swaps de gré à gré avec la Société Générale. Conformément à la réglementation OPCVM, l’exposition à un Swap de contrepartie ne peut pas dépasser 10% des actifs totaux du fonds. Les ETF à réplication physique peuvent être exposés au risque de contrepartie s'ils ont recours au prêt de titres. 
RISQUE SOUS-JACENT : L’Indice sous-jacent d’un ETF Lyxor peut être complexe et volatil. Dans le cas des investissements en matières premières, l’Indice sous-jacent est calculé par rapport aux contrats futures sur matières premières, ce qui expose l’investisseur à un risque de liquidité lié aux coûts, par exemple de portage et de transport. Les ETF exposés aux Marchés émergents comportent un risque de perte potentielle plus élevé que ceux qui investissent dans les Marchés développés, car ils sont exposés à de nombreux risques imprévisibles inhérents à ces marchés. 
RISQUE DE CHANGE : Les ETF peuvent être exposés au risque de change s’ils sont libellés dans une devise différente de celle de l’Indice sous-jacent qu’ils répliquent. Cela signifie que les fluctuations des taux de change peuvent avoir un impact positif ou négatif sur les rendements. 
RISQUE DE LIQUIDITE : La liquidité est fournie par des teneurs de marché enregistrés sur les bourses où les ETF sont cotés, en ce compris la Société Générale. La liquidité sur les bourses peut être limitée du fait d’une suspension du marché sous-jacent représenté par l’Indice sous-jacent suivi par l’ETF, d’une erreur des systèmes de l’une des bourses concernées, de la Société Générale ou d’autres teneurs de marché, ou d’une situation ou d’un événement exceptionnel(le).
RISQUE DE CONCENTRATION : Certains ETF à l’instar des ETF thématiques et Smart Beta sélectionnent des titres actions et obligations pour leur portefeuille sur la base d’un indice d’origine de référence. Dans le cas où les règles de sélection sont particulièrement strictes, le portefeuille peut être plus concentré et le risque est réparti sur moins de titres que l’indice d’origine.


Informations importantes
Ce document est destiné exclusivement à des investisseurs agissant pour compte propre et appartenant à la classification «contreparties éligibles» ou «clients professionnels  au sens de la directive 2014/65/EU relative aux marchés d’instruments financiers.
Ce document est de nature commerciale et non règlementaire. Avant tout investissement dans ce produit, les investisseurs sont invités à se rapprocher de leurs conseils financiers, fiscaux, comptables et juridiques. Il appartient à chaque investisseur de s’assurer qu’il est autorisé à souscrire ou à investir dans ce produit.
Les UCITS ETFs Lyxor sont des fonds français ou luxembourgeois, agréés respectivement par l’Autorité des marchés financiers ou la Commission de Surveillance du Secteur Financier, et dont les parts ou actions sont autorisées à la commercialisation dans plusieurs pays européens (les Pays de Commercialisation) conformément à l’article 93 de la Directive 2009/65/CE. Lyxor International Asset Management (LIAM) recommande aux investisseurs de lire attentivement la rubrique «Profil de risque» de la documentation produit (prospectus et DICI, le cas échéant). Le prospectus en français (pour les UCITS ETFs français) ou en anglais (pour les UCITS ETFs luxembourgeois),  ainsi que le DICI dans les langues des Pays de Commercialisation sont disponibles gratuitement sur www.lyxoretf.com  ou sur demande auprès de client-services-etf@lyxor.com .
La composition actualisée du portefeuille d’investissement des UCITS ETFs Lyxor est mentionnée sur le site www.lyxoretf.com . En outre, la valeur liquidative indicative figure sur les pages Reuters et Bloomberg du produit et peut également être mentionnée sur les sites internet des places de cotation du produit. Les UCITS ETFs font l’objet de contrats d’animation qui visent à assurer la liquidité du produit en bourse, dans des conditions normales de marché et de fonctionnement informatique. Les parts ou actions de l’OPCVM coté («UCITS ETF») acquises sur le marché secondaire ne peuvent généralement pas être directement revendues à l’OPCVM coté. Les investisseurs doivent acheter et vendre les parts/actions sur un marché secondaire avec l’assistance d’un intermédiaire (par exemple un courtier) et peuvent ainsi supporter des frais. En outre, il est possible que les investisseurs paient davantage que la valeur nette d’inventaire actuelle lorsqu’ils achètent des parts /actions et reçoivent moins que la valeur nette d’inventaire actuelle à la revente.
Ces produits comportent un risque de perte en capital. Leur valeur de remboursement peut être inférieure au montant investi. Dans le pire des scénarii, les investisseurs peuvent perdre jusqu’à la totalité de leur investissement. Il n’y a aucune garantie que l’objectif du fonds soit atteint. Le fonds peut ne pas toujours être en mesure de répliquer parfaitement la performance de(s) (l’) indice(s).
Les indices et marques utilisées dans ce document sont la propriété intellectuelle des sponsors d’indices et leur utilisation est soumise à licence. Les UCITS ETFs Lyxor ne bénéficient pas, de quelque manière que ce soit, du parrainage, du soutien ou de la promotion des sponsors d’indices, qui n’assument aucune responsabilité en lien avec ces produits.
Les indices ne sont ni parrainés, ni approuvés, ni vendus par Société Générale ou LIAM. Ni Société Générale ni LIAM n’assumeront une quelconque responsabilité à ce titre.
Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas enregistrées en vertu du U.S. Securities Act de 1933, tel que modifié (le U.S. Securities Act) et ne peuvent être ni offertes, ni cédées, ni transférées, ni transmises, ni attribuées aux États-Unis d’Amérique ou à tout ressortissant américain (US Person) tel que ce terme est défini par la Réglementation S de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières (Regulation S of the US Securities Act). Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas offertes à des US Persons. Les parts ou actions des UCITS ETFs seront offertes uniquement en dehors des États-Unis d’Amérique à des personnes n’étant pas des ressortissants américains (non-US Persons).
Aux fins des présentes, une US Person désigne, mais sans s’y limiter, toute personne physique résidant aux États-Unis d’Amérique, toute entité organisée ou constituée en vertu du droit des États-Unis d’Amérique, certaines entités organisées ou constituées en dehors des États-Unis d’Amérique par des ressortissants américains, ou tout compte détenu au profit d’un tel ressortissant américain.
Ce document ne constitue, de la part de Société Générale, LIAM ou l’une de leur filiale, ni une offre, ni la sollicitation d’une offre en vue de l’achat ou de la vente du produit qui y est décrit. Lyxor International  Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2014/91/EU) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel.


Disclaimer Recherche
Lyxor International Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2009/65/CE) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel. Lyxor International Asset Management (LIAM) ou Lyxor Asset Management (LAM) peuvent ou ont pu entretenir des relations commerciales avec des entreprises couvertes par les rapports de recherche. En conséquence, les investisseurs doivent etre informés que LIAM, LAM, ou leurs employés, peuvent avoir un conflit d’intérêt susceptible de porter atteinte à l’objectivité de ce rapport. Dans le cadre de la prise de décision d’investissement, les investisseurs doivent considérer ce rapport comme un facteur individuel. Merci de vous référer à l’appendice de ce document pour la ou les certification(s) du ou des analyste(s), des informations importantes et les disclaimers. Ou consulter notre page web dediée lyxoretf.com/compliance.


LIAM sales group disclaimer
Ce message est produit par le département de vente de LIAM et non pas de la Recherche cross-asset. Ce message est destiné exclusivement à des investisseurs agissant pour compte propre et appartenant à la classification « contreparties éligibles » ou « clients professionnels ». Il ne s’adresse pas à des investisseurs particuliers. Ce document ne peut être pas qualifié de recherche indépendante sur les investissements et doit être considéré comme une communication marketing même s’il contient une référence de recherche. Consultez notre page web dediée ici : www.lyxoretf.com/compliance.


Conflit d’intérêt
Le contenu de cette page reflète les vues, opinions et recommandations de la recherche cross-asset de Lyxor Asset Management ("LAM") et des analystes et stratégistes de la recherche ETF de Lyxor International Asset Management ("LIAM"). Dans la mesure où cette recherche recouvre des idées d’investissement fondées sur des vues macroéconomiques de conditions de marchés ou de valeur relative, elle peut être différente des opinions et recommandations fondamentales de la recherche cross-asset et de la recherche ETF présentées dans les rapports de recherche sur des secteurs ou entreprises produits par la recherche cross-asset ou la recherche ETF, ainsi que des vues et opinions d’autres départements de LAM, LIAM et de leurs filiales. Les analystes et/ou stratégistes de la recherche cross-asset Lyxor et de la recherche ETF consultent périodiquement les équipes commerciales et les équipes de gestion de LIAM ou LAM à propos d’informations sur le marché, incluant, mais ne se limitant pas, à l’établissement des cours, des niveaux de spreads et de l’activité de négociation des ETF répliquant des indices actions, obligataires et sur matières premières. Les tables de négociation peuvent négocier ou avoir négocié en tant que principal sur la base de vues et rapports des analystes de recherche. Lyxor a des politiques et procédure de recherche obligatoires qui sont raisonnablement conçues pour (i) s’assurer que les faits présentés dans les rapports de recherche sont fondés sur des informations fiables et (ii) pour éviter la diffusion sélective et non appropriée de rapports de recherche. En outre, les analystes de recherche reçoivent une rétribution sur la base, en partie, de la qualité et de la précision de leur analyse, des retours formulés par les clients, de facteurs concurrentiels et de l’ensemble des revenus de LIAM ou LAM, inclus les revenus des frais de gestion, des frais de conseil en gestion et des commissions de distribution.

© 2021 LYXOR INTERNATIONAL ASSET MANAGEMENT ALL RIGHT