10 Mar 2021

Un ETF pour capturer la révolution des nouvelles énergies

Banner-image

Les hordes de touristes ont déserté les canaux historiques de Venise. Des poissons ont même été aperçus dans les eaux habituellement troubles de la Cité des Doges. De son côté, la NASA a publié des images satellites de la Terre mettant en évidence une diminution spectaculaire des émissions de gaz à effet de serre dans toutes les grandes villes confinées.

L'espace d'un instant, il nous a été donné de voir à quoi pourrait ressembler un monde futur à faibles émissions de carbone.

La demande pour les nouvelles énergies a augmenté en 2020

Au cours d'une année 2020 pour le mois chahutée, la demande en énergie générée par le charbon et le pétrole a chuté de 8,5% et 6,7% respectivement, tandis que celle pour les énergies renouvelables a progressé de 1%.1

Les énergies renouvelables ont démontré leur fiabilité, même en période de récession. Les mesures de relance massives adoptées par les banques centrales ont créé des conditions de financement propices aux projets tant éoliens que photovoltaïques (PV). Certains investisseurs institutionnels ont même vu dans les nouvelles énergies un investissement plus sûr, dès lors qu'elles procurent des rendements moins corrélés avec les classes d'actifs plus traditionnelles.
Tout cela alors que la demande en combustibles fossiles a plongé à son niveau le plus bas depuis plus de 70 ans.2 Les contrats à terme sur le pétrole se sont un moment négociés à des prix négatifs en raison d'une surabondance massive de l'offre.3

Le graphique de l'AIE ci-dessous représente la demande énergétique mondiale, par source, en 2020 :

the global energy demand

Source du graphique : AIE, « Perspectives énergétiques mondiales 2020 »

Les idées fausses sur les énergies renouvelables ont la vie dure

Bien que la demande soit restée positive durant la pandémie et que les gens se montrent plus attentifs que jamais aux émissions de carbone, de nombreuses idées fausses circulent encore au sujet des énergies renouvelables.

Ces idées fausses sont peu à peu déconstruites, et les nouvelles sources d'énergie pourraient ainsi faire l'objet d'investissements considérables. Abordons à présent trois préoccupations courantes concernant les énergies renouvelables et les nouvelles énergies :

Idée fausse n°1 : « Les énergies renouvelables sont un effet de mode »

L'adhésion aux énergies renouvelables tient à leur rentabilité financière. Plus de la moitié des centrales au charbon en service aujourd'hui coûtent plus cher à l'exploitation que la construction de nouvelles infrastructures d'énergie renouvelable. Même en annulant aujourd'hui les projets de nouvelles centrales électriques au charbon, il serait possible d'économiser plus de 500 milliards de dollars à l'échelle planétaire.4

Le « levelised cost of energy » (LCOE) ou coût actualisé de l'énergie, qui est directement lié aux coûts de construction et d'exploitation d'un générateur d'énergie, a considérablement baissé pour l'énergie éolienne et l'énergie solaire photovoltaïque.5 Dans le monde entier, le LCOE de l'énergie éolienne, de l'énergie solaire et du stockage sur batterie a littéralement dégringolé au cours de la dernière décennie, grâce aux progrès technologiques et à l'augmentation de la capacité installée cumulée, qui en ont progressivement réduit les coûts..

Le coût des énergies renouvelables et du stockage sur batterie a dégringolé

Le graphique de BloombergNEF ci-dessous montre les valeurs de référence mondiales du LCOE pour le PV, l'éolien et les batteries :

the Global LCOE benchmarks for PV

Source : BloombergNEF, https://about.bnef.com/blog/scale-up-of-solar-and-wind-puts-existing-coal-gas-at-risk/ Remarque : la valeur de référence mondiale correspond à une moyenne pondérée par pays utilisant les derniers ajouts annuels de capacité. Le LCOE du stockage reflète des projets à l'échelle d'un service public avec une durée de quatre heures, il inclut les coûts de charge.

Idée fausse n°2 : « Les financements liés aux combustibles fossiles ne sont pas durables »

Le monde a besoin d'énergie pour alimenter la croissance économique qui rend possible la transition vers une économie sobre en carbone. Si le financement direct des centrales à combustibles fossiles n'est pas durable, le financement de l'efficacité énergétique des combustibles fossiles nous aidera à réaliser la transition vers un monde plus durable. Plutôt que de cesser tout investissement dans les entreprises liées aux combustibles fossiles, il serait plus judicieux d'améliorer l'efficacité du modèle énergétique existant, tout en gérant la transition vers un modèle à faible émission de carbone.

text

Nous voulons - et devons - évoluer vers le nouveau modèle énergétique. Mais en attendant, il faudra encore composer avec les combustibles fossiles, et l'amélioration de l'efficacité énergétique des centrales à combustibles fossiles existantes représente un élément essentiel de la transition.

De nombreuses entreprises du secteur de l'énergie se tournent vers des centrales électriques à « cycle combiné » qui utilisent à la fois une turbine à gaz et une turbine à vapeur pour produire de l'énergie. General Electric a estimé que ce système permettait de produire jusqu'à 50% d'électricité en plus pour la même quantité de combustible.6

Le gaz naturel est un combustible fossile, certes, mais il est plus propre. La combustion du gaz naturel à des fins de production d'énergie permet de réduire les émissions de presque tous les types de polluants atmosphériques.7 Le gaz naturel constitue du reste un bon complément aux nouvelles énergies, car les turbines à cycle combiné sont peu coûteuses à mettre en service et peuvent fournir de l'énergie à court terme ou lorsque les énergies renouvelables ne sont pas disponibles. La combinaison de ces deux technologies pourrait réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

Idée fausse n°3 : « Les nouvelles énergies ne sont viables que grâce aux subventions »

Le marché des nouvelles énergies s'est développé à un point tel que les subventions ne sont plus nécessaires dans la plupart des régions du monde. Par exemple, le système de tarif de rachat utilisé par les pays européens pour accélérer les investissements dans les nouvelles technologies énergétiques a largement pris fin.

Il est remplacé par le marché plus dynamique des contrats d'achat d'électricité (CAE), qui sont des accords de fourniture d'énergie à un prix et une quantité fixes. Résultat : les entreprises énergétiques disposent d'un flux de trésorerie garanti, et les clients bénéficient d'un prix et d'un approvisionnement en énergie garantis.

Rien de tout cela ne serait possible si la production des nouvelles énergies n'était pas bon marché, fiable et rentable. Grâce aux améliorations techniques et à des coûts marginaux plus compétitifs, sous l'effet de la « courbe d'apprentissage » des énergies renouvelables qui veut que les coûts diminuent à mesure que la production augmente, ce secteur est de moins en moins tributaire des subventions.

Il s'agit à nos yeux d'un changement structurel, car le coût des énergies renouvelables est appelé à diminuer au fil du temps. Le coût des combustibles fossiles, lui, ne diminuera pas avec le temps et pourrait même augmenter, la plupart des sources accessibles ayant déjà été exploitées. Désormais, les sociétés d'exploration et de production (E&P) de combustibles fossiles doivent de plus en plus cibler des réserves controversées plus difficiles à extraire, comme celles de l'Arctique, des sables bitumineux ou du gaz de schiste.

Enfin, le « Pacte vert » de l'UE devrait également drainer les capitaux vers les entreprises du secteur des nouvelles énergies, tandis que l'UE envisage de réduire considérablement les subventions aux combustibles fossiles, car elles compromettent les efforts visant à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, comme le prévoit l'Accord de Paris.

Si, chez Lyxor, nous sommes particulièrement attachés aux indices de référence alignés sur l'Accord de Paris et sur la transition climatique pour l'investissement neutre en carbone, ce ne sont pas les seules stratégies pertinentes. Les tendances qui seront financées par le Pacte vert sont plus larges que cela et incluent notamment la mobilité durable et les infrastructures urbaines plus intelligentes.

Comment s'exposer aux nouvelles énergies

En investissant dans le Lyxor New Energy (DR) UCITS ETF, il est désormais possible d'obtenir une exposition ciblée aux nouvelles énergies. Ce dernier suit les 40 plus grandes entreprises mondiales opérant dans trois domaines clés de l'industrie des nouvelles énergies : les énergies renouvelables, la production décentralisée d'énergie et l'efficacité énergétique.Examinons trois exemples de sociétés leaders dans le domaine des nouvelles énergies, auxquelles l'ETF est actuellement exposé :

Ørsted – Énergies renouvelables

La société danoise Ørsted (anciennement DONG Energy) est un leader mondial sur le marché de l'éolien en mer. Elle est en position de force pour tirer parti de l'explosion de la demande pour de nouveaux besoins énergétiques en Europe en raison des quotas d'émission définis dans l'Accord de Paris.

Ce qu'il y a de fascinant avec cette entreprise, c'est qu'elle était autrefois axée sur les combustibles fossiles. En 2017, le groupe a vendu ses activités pétrolières et gazières à l'entreprise chimique britannique Ineos. Plus récemment, elle a cédé ses activités de gaz naturel liquéfié à Glencore. Plutôt que de reverser aux investisseurs le produit de la vente de ces activités, la société a choisi de se lancer dans l'éolien offshore.

Ørsted a été l'une des premières entreprises énergétiques au monde à avoir un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre approuvé par l'initiative Science Based Targets, et elle estime être en avance de 27 ans sur le scénario de 2°C applicable à l'ensemble du secteur énergétique selon les projections de l'AIE.8

Plug Power - Production décentralisée d'énergie

La production décentralisée d'énergie est le concept de production globale d'électricité décentralisée à proximité du lieu de consommation. L'hydrogène fait partie de cette solution, et l'hydrogène vert en particulier peut constituer une extraordinaire source d'électricité neutre en carbone.

Par conséquent, le stockage, que ce soit par le biais de stations de stockage fixes ou à bord de véhicules, de bateaux, d'avions, etc., représente un domaine de développement important pour les nouvelles énergies. L'entreprise américaine Plug Power développe des piles à hydrogène pour remplacer les batteries traditionnelles des véhicules électriques et fournit ces piles à de grands clients, dont Amazon et Walmart.

Cette solution peut apporter de la résilience, contrairement aux systèmes de production et de réseaux hyper centralisés. Il s'agit également d'un changement de cap pour les énergies renouvelables, dont le principal inconvénient est leur intermittence et leur incapacité, par exemple, à alimenter un hôpital 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les systèmes de production décentralisée pourraient faire des énergies renouvelables une source d'énergie plus stable..

NIBE Industrier AB - Efficacité énergétique

L'entreprise suédoise NIBE conçoit et vend des solutions visant à réduire la consommation d'énergie et à améliorer l'efficacité. Elle développe, fabrique et commercialise une gamme de solutions à haut rendement énergétique pour le confort climatique dans tous les types d'immeubles, ainsi que des composants et des solutions pour le chauffage intelligent dans l'industrie et les infrastructures.Cela inclut les pompes à chaleur et les cellules solaires pour les habitations privées, la rénovation des bâtiments anciens, les bâtiments publics, et même le développement de produits pour une utilisation efficace de l'énergie dans les voitures, tels que des éléments pour les chauffe-batteries et les chauffages intérieurs qui utilisent des sources telles que l'énergie de freinage.Les pompes à chaleur de NIBE sont utilisées dans un nouveau projet de logement dans le quartier Kortenoord de Wageningen, aux Pays-Bas, où sont construits environ 1.000 logements non raccordés au réseau de distribution de gaz. Les maisons bénéficient d'une isolation optimale et sont équipées de produits économes en énergie tels que des pompes à chaleur, des panneaux solaires et des chauffe-eau solaires.

Une mégatendance en marche

Les nouvelles énergies s'inscrivent dans une mégatendance qui façonnera dans une large mesure la société et les modèles d'entreprise de demain, dans le cadre des efforts mondiaux visant à atteindre l'objectif de neutralité carbone d'ici 2050.

Cet impératif explique les investissements considérables qui affluent dans le secteur des nouvelles énergies. Les projets de développement de capacités d'énergies renouvelables ont drainé des financements à hauteur de 282 milliards de dollars en 2019, avec en tête l'éolien terrestre et offshore avec 138 milliards de dollars, suivi du solaire avec 131 milliards de dollars.9

Et pourtant, ce n'est qu'un début. Une révolution est en cours sur le marché de l'énergie. Ce n'est pas la pandémie qui en est à l'origine : il s'agit d'un mouvement structurel vers les nouvelles énergies à l'œuvre depuis plusieurs années, soutenu par la baisse des coûts. Il a été récemment précipité par les événements de 2020, qui ont réduit la demande de combustibles fossiles et des industries connexes telles que l'acier et le ciment.

En définitive, les énergies renouvelables se situent sur une trajectoire de coûts décroissants, alors que les combustibles fossiles affichent des coûts élevés et fixes. Cette trajectoire de coûts implique que les énergies renouvelables seront moins chères que les combustibles fossiles, ce qui se vérifie déjà dans de nombreux cas, indépendamment des événements disruptifs à l'échelle mondiale.

La pandémie a accéléré une tendance déjà existante dans le secteur des nouvelles énergies. Elle a agi comme un catalyseur pour un changement plus rapide. Pour les investisseurs, le Lyxor New Energy ETF, qui a récemment dépassé le milliard d'euros d'actifs sous gestion, pourrait constituer un excellent moyen de participer à ce changement et de prendre part à la révolution des nouvelles énergies.10

Références

  1. Broom, D. (18 mai 2020). Coronavirus causes biggest dip in world energy demand in 70 years. (Le coronavirus provoque la plus forte baisse de la demande énergétique mondiale depuis 70 ans), Forum économique mondial. https://www.weforum.org/agenda/2020/05/covid19-energy-use-drop-crisis/
  2. BBC News. 21 avril 2020), US oil prices turn negative as demand dries up (Les prix du pétrole américain deviennent négatifs alors que la demande se tarit). https://www.bbc.com/news/business-52350082
  3. 3. IEA (2020), World Energy Outlook 2020, (Perspectives énergétiques mondiales), AIE, Paris. https://www.iea.org/reports/world-energy-outlook-2020
  4. Gray, M., & Sundaresan., S. (mars 2020), How to waste over half a trillion dollars: the economic implications of deflationary renewable energy from coal power investments (Comment gaspiller plus de 500 milliards de dollars : les implications économiques des investissements déflationnistes dans les énergies renouvelables à partir du charbon), pp. 5, 9-10, 18-19, Carbon Tracker Initiative.
  5. Bradily, T. (avril 2020), 1H 2020 LC all OE Update: Renewables chase plunging commodity prices (Les énergies renouvelables à la poursuite de la chute des prix des matières premières), pp. 5-22, 50-77, BloombergNEF.
  6. GE Power. (consulté le 15 février 2021), Combined-Cycle Power Plant – How it Works | GE Power Generation (Centrale électrique à cycle combiné - Comment ça marche | GE Power Generation). https://www.ge.com/power/resources/knowledge-base/combined-cycle-power-plant-how-it-works
  7. US Energy Information Administration. (24 septembre 2020), Natural gas and the environment - U.S. Energy Information Administration (EIA) (Le gaz naturel et l'environnement - Administration américaine d'information sur l'énergie). https://www.eia.gov/energyexplained/natural-gas/natural-gas-and-the-environment.php#:%7E:text=Natural%20gas%20is%20a%20relatively,an%20equal%20amount%20of%20energy.
  8. Science Based Targets initiative, https://sciencebasedtargets.org/companies-taking-action/case-studies/orsted
  9. Bloomberg Green: (30 juin 2020), Renewable Investment (Investissement dans les énergies renouvelables), Bloomberg. https://www.bloomberg.com/graphics/climate-change-data-green/investment.html#:~:text=Investment%20flows%20today%20determine%20where,by%20solar%20at%20%24131%20billion.
  10. Lyxor International Asset Management, encours sous gestion au 05/03/2021.

Le présent article est publié à titre strictement informatif et ne constitue pas un conseil d'investissement. Lyxor ETF n'appuie ni ne promeut les sociétés citées dans cet article, de quelque façon que ce soit. Capital à risque. Veuillez lire notre Avertissement en matière de risque ci-dessous.

Les ETF présentent un rique de perte en capital ainsi que d’autres risques détaillés ci-dessous.

LES RISQUES LIÉS À L’INVESTISSEMENT

RISQUE DE PERTE EN CAPITAL : Les ETF sont des instruments de réplication : leur profil de risque est similaire à celui d’un investissement direct dans l’Indice sous-jacent. Le capital des investisseurs est entièrement à risque et il se peut que ces derniers ne récupèrent pas le montant initialement investi.
RISQUE DE REPLICATION : Les objectifs du fonds peuvent ne pas être atteints si des événements inattendus surviennent sur les marchés sous-jacents et ont un impact sur le calcul de l’indice et l’efficacité de la réplication du fonds.
RISQUE DE CONTREPARTIE : Dans le cas des ETF synthétiques, les investisseurs sont exposés aux risques découlant de l’utilisation d’un Swap de gré à gré avec la Société Générale. Conformément à la réglementation OPCVM, l’exposition à la Société Générale ne peut pas dépasser 10% des actifs totaux du fonds. Les ETF à réplication physique peuvent être exposés au risque de contrepartie s'ils ont recours au prêt de titres. 
RISQUE SOUS-JACENT : L’Indice sous-jacent d’un ETF Lyxor peut être complexe et volatil. Dans le cas des investissements en matières premières, l’Indice sous-jacent est calculé par rapport aux contrats futures sur matières premières, ce qui expose l’investisseur à un risque de liquidité lié aux coûts, par exemple de portage et de transport. Les ETF exposés aux Marchés émergents comportent un risque de perte potentielle plus élevé que ceux qui investissent dans les Marchés développés, car ils sont exposés à de nombreux risques imprévisibles inhérents à ces marchés. 
RISQUE DE CHANGE : Les ETF peuvent être exposés au risque de change s’ils sont libellés dans une devise différente de celle de l’Indice sous-jacent qu’ils répliquent. Cela signifie que les fluctuations des taux de change peuvent avoir un impact positif ou négatif sur les rendements. 
RISQUE DE LIQUIDITE : La liquidité est fournie par des teneurs de marché enregistrés sur les bourses où les ETF sont cotés, en ce compris la Société Générale. La liquidité sur les bourses peut être limitée du fait d’une suspension du marché sous-jacent représenté par l’Indice sous-jacent suivi par l’ETF, d’une erreur des systèmes de l’une des bourses concernées, de la Société Générale ou d’autres teneurs de marché, ou d’une situation ou d’un événement exceptionnel(le).
RISQUE DE CONCENTRATION : Les ETF thématiques et Smart Beta sélectionnent des titres actions et obligations pour leur portefeuille sur la base d’un indice d’origine de référence. Dans le cas où les règles de sélection sont particulièrement strictes, le portefeuille peut être plus concentré et le risque est réparti sur moins de titres que l’indice d’origine.

Informations importantes
Ce document est destiné exclusivement à des investisseurs agissant pour compte propre et appartenant à la classification «contreparties éligibles» ou «clients professionnels  au sens de la directive 2014/65/EU relative aux marchés d’instruments financiers.
Ce document est de nature commerciale et non règlementaire. Avant tout investissement dans ce produit, les investisseurs sont invités à se rapprocher de leurs conseils financiers, fiscaux, comptables et juridiques. Il appartient à chaque investisseur de s’assurer qu’il est autorisé à souscrire ou à investir dans ce produit.
Les UCITS ETFs Lyxor sont des fonds français ou luxembourgeois, agréés respectivement par l’Autorité des marchés financiers ou la Commission de Surveillance du Secteur Financier, et dont les parts ou actions sont autorisées à la commercialisation dans plusieurs pays européens (les Pays de Commercialisation) conformément à l’article 93 de la Directive 2009/65/CE. Lyxor International Asset Management (LIAM) recommande aux investisseurs de lire attentivement la rubrique «Profil de risque» de la documentation produit (prospectus et DICI, le cas échéant). Le prospectus en français (pour les UCITS ETFs français) ou en anglais (pour les UCITS ETFs luxembourgeois),  ainsi que le DICI dans les langues des Pays de Commercialisation sont disponibles gratuitement sur www.lyxoretf.com  ou sur demande auprès de client-services-etf@lyxor.com .
La composition actualisée du portefeuille d’investissement des UCITS ETFs Lyxor est mentionnée sur le site www.lyxoretf.com . En outre, la valeur liquidative indicative figure sur les pages Reuters et Bloomberg du produit et peut également être mentionnée sur les sites internet des places de cotation du produit. Les UCITS ETFs font l’objet de contrats d’animation qui visent à assurer la liquidité du produit en bourse, dans des conditions normales de marché et de fonctionnement informatique. Les parts ou actions de l’OPCVM coté («UCITS ETF») acquises sur le marché secondaire ne peuvent généralement pas être directement revendues à l’OPCVM coté. Les investisseurs doivent acheter et vendre les parts/actions sur un marché secondaire avec l’assistance d’un intermédiaire (par exemple un courtier) et peuvent ainsi supporter des frais. En outre, il est possible que les investisseurs paient davantage que la valeur nette d’inventaire actuelle lorsqu’ils achètent des parts /actions et reçoivent moins que la valeur nette d’inventaire actuelle à la revente.
Ces produits comportent un risque de perte en capital. Leur valeur de remboursement peut être inférieure au montant investi. Dans le pire des scénarii, les investisseurs peuvent perdre jusqu’à la totalité de leur investissement. Il n’y a aucune garantie que l’objectif du fonds soit atteint. Le fonds peut ne pas toujours être en mesure de répliquer parfaitement la performance de(s) (l’) indice(s).
Les indices et marques utilisées dans ce document sont la propriété intellectuelle des sponsors d’indices et leur utilisation est soumise à licence. Les UCITS ETFs Lyxor ne bénéficient pas, de quelque manière que ce soit, du parrainage, du soutien ou de la promotion des sponsors d’indices, qui n’assument aucune responsabilité en lien avec ces produits.
Les indices ne sont ni parrainés, ni approuvés, ni vendus par Société Générale ou LIAM. Ni Société Générale ni LIAM n’assumeront une quelconque responsabilité à ce titre.
Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas enregistrées en vertu du U.S. Securities Act de 1933, tel que modifié (le U.S. Securities Act) et ne peuvent être ni offertes, ni cédées, ni transférées, ni transmises, ni attribuées aux États-Unis d’Amérique ou à tout ressortissant américain (US Person) tel que ce terme est défini par la Réglementation S de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières (Regulation S of the US Securities Act). Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas offertes à des US Persons. Les parts ou actions des UCITS ETFs seront offertes uniquement en dehors des États-Unis d’Amérique à des personnes n’étant pas des ressortissants américains (non-US Persons).
Aux fins des présentes, une US Person désigne, mais sans s’y limiter, toute personne physique résidant aux États-Unis d’Amérique, toute entité organisée ou constituée en vertu du droit des États-Unis d’Amérique, certaines entités organisées ou constituées en dehors des États-Unis d’Amérique par des ressortissants américains, ou tout compte détenu au profit d’un tel ressortissant américain.
Ce document ne constitue, de la part de Société Générale, LIAM ou l’une de leur filiale, ni une offre, ni la sollicitation d’une offre en vue de l’achat ou de la vente du produit qui y est décrit. Lyxor International  Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2014/91/EU) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel..

Disclaimer Recherche

Lyxor International Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2009/65/CE) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel. Lyxor International Asset Management (LIAM) ou Lyxor Asset Management (LAM) peuvent ou ont pu entretenir des relations commerciales avec des entreprises couvertes par les rapports de recherche. En conséquence, les investisseurs doivent etre informés que LIAM, LAM, ou leurs employés, peuvent avoir un conflit d’intérêt susceptible de porter atteinte à l’objectivité de ce rapport. Dans le cadre de la prise de décision d’investissement, les investisseurs doivent considérer ce rapport comme un facteur individuel. Merci de vous référer à l’appendice de ce document pour la ou les certification(s) du ou des analyste(s), des informations importantes et les disclaimers. Ou consulter notre page web dediée lyxoretf.com/compliance.

Conflit d’intérêt

Le contenu de cette page reflète les vues, opinions et recommandations de la recherche cross-asset de Lyxor Asset Management ("LAM") et des analystes et stratégistes de la recherche ETF de Lyxor International Asset Management ("LIAM"). Dans la mesure où cette recherche recouvre des idées d’investissement fondées sur des vues macroéconomiques de conditions de marchés ou de valeur relative, elle peut être différente des opinions et recommandations fondamentales de la recherche cross-asset et de la recherche ETF présentées dans les rapports de recherche sur des secteurs ou entreprises produits par la recherche cross-asset ou la recherche ETF, ainsi que des vues et opinions d’autres départements de LAM, LIAM et de leurs filiales. Les analystes et/ou stratégistes de la recherche cross-asset Lyxor et de la recherche ETF consultent périodiquement les équipes commerciales et les équipes de gestion de LIAM ou LAM à propos d’informations sur le marché, incluant, mais ne se limitant pas, à l’établissement des cours, des niveaux de spreads et de l’activité de négociation des ETF répliquant des indices actions, obligataires et sur matières premières. Les tables de négociation peuvent négocier ou avoir négocié en tant que principal sur la base de vues et rapports des analystes de recherche. Lyxor a des politiques et procédure de recherche obligatoires qui sont raisonnablement conçues pour (i) s’assurer que les faits présentés dans les rapports de recherche sont fondés sur des informations fiables et (ii) pour éviter la diffusion sélective et non appropriée de rapports de recherche. En outre, les analystes de recherche reçoivent une rétribution sur la base, en partie, de la qualité et de la précision de leur analyse, des retours formulés par les clients, de facteurs concurrentiels et de l’ensemble des revenus de LIAM ou LAM, inclus les revenus des frais de gestion, des frais de conseil en gestion et des commissions de distribution.