29 Nov 2019

Comment la technologie contribue à sauver la planète

Banner-image

A des fins de Marketing:

POUR INVESTISSEURS QUALIFIÉS UNIQUEMENT – Ce document est réservé et ne peut être remis en Suisse qu’à des investisseurs qualifiés tels que définis dans la Loi suisse sur les Placements Collectifs de Capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).

Left-side-image

Alors que les investissements ESG occupent désormais la place qu'ils méritent au sein du paysage financier, Lyxor ETF permet aux investisseurs d'accéder directement aux dernières idées en la matière. Dans le blog invité de cette semaine, Eleanor Willi, spécialiste en investissement ESG chez RobecoSAM, présente le rôle de la technologie dans la réponse à deux grands défis pour la durabilité de la planète : l’accès à l’eau potable et la production de nouvelles énergies abordables.

L’investissement durable est guidé par une mission simple et efficace : relever les défis les plus importants auxquelsla planète doit faire face aujourd'hui. Société d’investissement spécialisée dans l’investissement durable, RobecoSAM aété fondée en 1995 selon la conviction que les entreprises durables sont effectivement de meilleures entreprises : lapoursuite de la durabilité réduit les risques et dégage des performances positives sur le long terme.

Nous avons développé un vaste éventail de solutions durables à l’attention des investisseurs éthiques pour relevercertains des défis planétaires les plus urgents, notamment l’approvisionnement en eau potable et la production denouvelles énergies.

L’eau : le marché du futur

L’eau est essentielle à la vie. Dans les pays développés, cependant, beaucoup tiennent de plus en plus pour acquisl’approvisionnement en eau. On peut aisément comprendre pourquoi : une eau cristalline coule en abondance dans nosfoyers, nos écoles et au travail. Beaucoup d’entre nous n’ont pas la moindre idée de la difficulté que représentel’approvisionnement en eau potable, et encore moins de notre consommation quotidienne de cette ressource limitée. Maispour une grande majorité de la population mondiale, l’eau potable est une matière première précieuse.

Bien que l’eau recouvre 70 % de la surface de la Terre, notre approvisionnement en eau repose sur les précipitationsannuelles. Or, environ 2/3 s’évaporent dans l’atmosphère, tandis que 20 à 25 % s’écoulent dans les cours d’eau et sontimpropres à la consommation humaine. Il en reste seulement 10 % pour les usages privé, agricole et industriel. De plus,les précipitations ne sont pas homogènes : 1,2 milliard de personnes vivent dans des régions arides, où la pollution arendu le peu d’eau disponible impropre à la consommation. Répondre aux besoins en eau croissants de la populationmondiale est rapidement devenu l’un des principaux enjeux sociétaux.

Un enjeu mondial

Aggravée par la croissance démographique et le changement climatique, la raréfaction des ressources en eau reste unenjeu mondial majeur. À travers le monde, quelque 2,2 milliards de personnes vivent dans des régions soumises à unstress hydrique et 4,2 milliards n’ont pas accès à des services d’assainissement sûrs. Des rapports récents suggèrentqu’en 2030, la demande en eau pourrait être supérieure de 40 % à l'offre tandis que la moitié de la population mondialesouffrirait de stress hydrique. Pour gérer la problématique des pénuries d’eau, le secteur explore de nouvellesstratégies et prévoit d’investir davantage dans des projets en lien avec l’eau.

Il recourt de plus en plus aux solutions intelligentes telles que l’intelligence artificielle (IA) pour lutter contreles effets de problématiques telles que l’obsolescence des infrastructures, le changement climatique, les gravesintempéries et la hausse de la demande. L’utilisation de l’IA pour prévoir, gérer et surveiller les ressources en eaulaisse entrevoir des possibilités pour atténuer l’impact de la crise de l’eau mondiale. Prenons l’exemple desinondations : quelque 250 millions de personnes seraient touchées par des inondations chaque année. Or, des étudesmontrent que les améliorations des prévisions grâce à l’IA pourraient alimenter des systèmes d’alerte précocesusceptibles de sauver la vie de plus de 3000 personnes, d’éviter à 1,2 million d'individus de se retrouver sans abri etde réduire les dommages économiques occasionnés par les inondations d’environ 14 millions de dollars à l’horizon 2035.

Investir dans le secteur de l’eau

Alors que les ressources en eau sont limitées, la demande augmente rapidement. La croissance démographique,l’urbanisation et l’adoption de régimes alimentaires gourmands en eau se traduisent par une hausse de la demande en eauindustrielle. La mise en place de solutions face à ces enjeux est une question de survie, essentielle pour la croissanceéconomique future, ce qui en fait l’une des principales opportunités de croissance de notre époque. Lancé en 2007, l’ETFWorld Water de Lyxor investit dans des entreprises réalisant une partie significative (plus de 40 %) de leur chiffred’affaires dans la chaîne de création de valeur de l’eau : infrastructures, traitement ou distribution.

Lutter contre la pénurie d’eau avec l’ETF Lyxor World Water UCITS, créé en collaboration avec RobecoSAM.

Nouvelles énergies : moins chères que ce que l’on pourrait penser

Personne n’ignore que la production d’énergie d’origine fossile est en grande partie responsable de la pollutionmondiale. Les énergies « alternatives » ou les « nouvelles » énergies désignent les sources d’énergie susceptibles deremplacer les combustibles fossiles dans le futur, notamment le solaire, l’éolien, l’hydroélectricité, la géothermie ouencore les biocarburants.

La demande en énergies alternatives reste essentiellement soutenue par les pouvoirs publics sous la forme de tarifs derachats et de subventions. Toutefois, la baisse rapide des coûts et l’amélioration de l’efficacité des technologies quiétaient auparavant relativement chères, comme le solaire, laissent penser que le soutien gouvernemental pourrait devenirun critère moins déterminant dans l’adoption des énergies renouvelables dans les pays développés grâce à l’optimisationdes coûts.

Compte tenu de l’amélioration de la rentabilité des installations renouvelables et de la hausse du soutiengouvernemental sur les marchés émergents, notamment en Chine, les énergies alternatives devraient représenter une partcroissante du mix énergétique mondial.

Investir dans les nouvelles énergies

Compte tenu du potentiel immense et de la demande croissante des énergies renouvelables, il est clair que lesentreprises qui investissent dans la production et la distribution d’énergies renouvelables, l’efficacité énergétique etles technologies de stockage de l’énergie offrent un potentiel de croissance considérable. Dans cette optique, l’ETFinvestit dans des entreprises réalisant une partie significative (plus de 40 %) de leur chiffre d’affaires dans lachaîne de création de valeur de l’énergie : la distribution d’énergie, l’efficacité énergétique et les énergiesrenouvelables.

Construire un avenir plus propre avec l’ETF Lyxor New Energy UCITS, créé en collaboration avec RobecoSAM.

Le présent article est publié à titre strictement informatif et ne constitue pas un conseil d’investissement. Lesopinions exprimées dans le présent article sont celles d’Eleanor Willi. Elles n’engagent que leur auteur et ne reflètentpas nécessairement celles de Lyxor International Asset Management ou de Société Générale. Capital à risque. Veuillezlire notre Avertissement en matière de risque ci-dessous.

Informations importantes

Ce document a été fourni par Lyxor International Asset Management qui est seul responsable de son contenu.

MULTI UNITS France, Lyxor World Water UCITS ETF, domicilié en France, MULTI UNITS France, Lyxor New Energy UCITS ETF, domicilié en France sont des placements collectifs de capitaux dont la distribution, en Suisse à des investisseurs non qualifiés tels que définis dans la loi suisse sur les Placements Collectifs de Capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC), a été approuvée par l’Autorité suisse des marchés financier FINMA (FINMA) selon l’article 120 de la LPCC. L’ Exchange Traded Fund (ETF) mentionné ci-dessus est cotés à la BX Swiss.

Les intermédiaires financiers (y compris en particulier les représentants de banques privées ou les gestionnaires de fortune indépendants, Intermédiaires) sont tenus d’observer les exigences réglementaires strictes de la LPCC qui s’appliquent à toute activité de distribution de placements collectifs étrangers en Suisse. Il est de la seule responsabilité de chaque Intermédiaire de s’assurer (i) que toutes ces exigences soient remplies avant que l’Intermédiaire ne distribue les Fonds présentés dans ce document et (ii) sinon, qu’il ne mène aucune activité qui pourrait être constitutive d’une forme de distribution de placements collectifs de capitaux en Suisse telle que définie à l’art. 3 LPCC et dans son ordonnance d’application.

L’information contenue dans ce document est donnée uniquement en date du présent document et n’est pas mise à jour à une date ultérieure.

Ce document a été élaboré dans un but exclusivement informatif et ne constitue ni une offre, ni une invitation à faire une offre, ni une sollicitation ou une recommandation d’investissement dans un quelconque placement collectif de capitaux. Ce document ne constitue ni un prospectus au sens de l’article 652a ou de l’article 1156 du Code des obligations suisse, ni un prospectus de cotation au sens des règles de cotation de la SIX Swiss Exchange plate-forme de négociation au sens de la Loi fédérale sur l’infrastructure des marchés financiers du 19 juin 2015 (telle qu’amendée de temps à autre, LIMF), ni un prospectus simplifié, ni un document d'information clé pour l’investisseur, ni un prospectus tels que définis dans la LPCC.

Tout investissement dans un placement collectif de capitaux comporte des risques qui sont décrits dans le prospectus ou la notice d’offre. Avant toute décision d’investissement il est recommandé de lire intégralement le prospectus ou la notice d’offre et de porter une attention spécifique aux avertissements et informations relatifs aux risques.

Tout benchmark/ indice de référence mentionné dans ce document est fourni dans un but informatif uniquement.

Ce document n’est pas le résultat d’une analyse financière et n’est donc pas soumis à la « Directive visant à garantir l’indépendance de la recherche financière » émise par l’Association suisse des banquiers.

Ce document ne contient pas de recommandations ni de conseils personnalisés et n’a pas pour vocation à se substituer aux conseils d’un professionnel en matière d’investissement dans des produits financiers.

Le Représentant et le Service de paiement des fonds en Suisse est Société Générale, Paris, succursale de Zurich, Talacker 50, 8001 Zurich.

Le prospectus ou la notice d’offre, le document d’information clé pour l’investisseur, le règlement de gestion, les statuts et/ou tout autre document constitutif ainsi que les rapports annuels et semi-annuels sont disponibles sans frais auprès du Représentant en Suisse. S’agissant des parts/actions des Fonds distribuées en ou à partir de la Suisse, le lieu d’exécution et le for sont au siège du Représentant en Suisse.

Disclaimer Recherche

Lyxor International Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2009/65/CE) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel.Lyxor International Asset Management (LIAM) ou Lyxor Asset Management (LAM) peuvent ou ont pu entretenir des relations commerciales avec des entreprises couvertes par les rapports de recherche. En conséquence, les investisseurs doivent etre informés que LIAM, LAM, ou leurs employés, peuvent avoir un conflit d’intérêt susceptible de porter atteinte à l’objectivité de ce rapport. Dans le cadre de la prise de décision d’investissement, les investisseurs doivent considérer ce rapport comme un facteur individuel. Merci de vous référer à l’appendice de ce document pour la ou les certification(s) du ou des analyste(s), des informations importantes et les disclaimers. Ou consulter notre page web dediée www.lyxoretf.com/compliance.

Conflit d’intérêt

Le contenu de cette page reflète les vues, opinions et recommandations de la recherche cross-asset de Lyxor Asset Management ("LAM") et des analystes et stratégistes de la recherche ETF de Lyxor International Asset Management ("LIAM"). Dans la mesure où cette recherche recouvre des idées d’investissement fondées sur des vues macroéconomiques de conditions de marchés ou de valeur relative, elle peut être différente des opinions et recommandations fondamentales de la recherche cross-asset et de la recherche ETF présentées dans les rapports de recherche sur des secteurs ou entreprises produits par la recherche cross-asset ou la recherche ETF, ainsi que des vues et opinions d’autres départements de LAM, LIAM et de leurs filiales. Les analystes et/ou stratégistes de la recherche cross-asset Lyxor et de la recherche ETF consultent périodiquement les équipes commerciales et les équipes de gestion de LIAM ou LAM à propos d’informations sur le marché, incluant, mais ne se limitant pas, à l’établissement des cours, des niveaux de spreads et de l’activité de négociation des ETF répliquant des indices actions, obligataires et sur matières premières. Les tables de négociation peuvent négocier ou avoir négocié en tant que principal sur la base de vues et rapports des analystes de recherche. Lyxor a des politiques et procédure de recherche obligatoires qui sont raisonnablement conçues pour (i) s’assurer que les faits présentés dans les rapports de recherche sont fondés sur des informations fiables et (ii) pour éviter la diffusion sélective et non appropriée de rapports de recherche. En outre, les analystes de recherche reçoivent une rétribution sur la base, en partie, de la qualité et de la précision de leur analyse, des retours formulés par les clients, de facteurs concurrentiels et de l’ensemble des revenus de LIAM ou LAM, inclus les revenus des frais de gestion, des frais de conseil en gestion et des commissions de distribution.