27 Sep 2019

L'investissement ESG se fait-il au détriment de la performance ?

Banner-image

A des fins de Marketing:

POUR INVESTISSEURS QUALIFIÉS UNIQUEMENT – Ce document est réservé et ne peut être remis en Suisse qu’à des investisseurs qualifiés tels que définis dans la Loi suisse sur les Placements Collectifs de Capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).

Bienvenue dans la troisième et dernière partie de notre série sur l'investissement ESG.

Nous nous sommes penchés dans notre premier article sur trois des principaux facteurs à l'origine de la progression de l'ESG dans les portefeuilles d'investissement : les récentes crises financières, une prise de conscience accrue du changement climatique et une pression réglementaire de plus en plus importante façonnent l'univers d'investissement actuel.

La semaine dernière, nous avons analysé la demande pour les produits ESG à travers les flux vers les fonds actifs et passifs (ces derniers affichant une croissance exponentielle).

Aujourd'hui, nous nous intéressons à la question au centre du débat : ces principes imposent-ils de renoncer à une part de performance ?

La question au cœur de débat ESG

Un investissement durable implique-t-il un sacrifice en termes de rendements potentiels ?

Pour répondre à cette question, la Lyxor-Dauphine Research Academy a commissionné auprès de chercheurs de l’Université de Lausanne une étude sur le lien entre l’investissement ESG et la performance globale. Leurs conclusions sont publiées dans un article intitulé « ESG Investing: From Sin Stocks to Smart Beta1 ».

Cette recherche est fondée sur trois questions clés :

  • Un investissement ESG peut-il peser sur la performance d’un portefeuille ?
  • Quels types de biais une stratégie de filtrage ESG positif entraîne-t-elle ?
  • Certains facteurs fonctionnent-ils mieux que d’autres ?

1er volet : Définition de l’univers de titres et de la méthode de notation ESG

Les chercheurs, Fabio Alessandrini et Eric Jondeau, ont retenu jusqu'à 7.000 actions monde de l’indice MSCI All Country World et analysé une grande variété de caractéristiques de risque et de rendement sur la période janvier 2007 - décembre 2018.

Ils ont attribué à chaque entreprise une note de 0 à 10 pour chaque composante ESG (environnement, social et gouvernance), ainsi qu’une note ESG combinée.

2ème volet : Analyse de l’impact de l’exclusion de titres sur la base de notations ESG

Les chercheurs ont ensuite étudié les répercussions de l'exclusion progressive des titres de l'univers de départ, sur la base de cette note ESG.

Ils ont tout d'abord constaté que l’exclusion progressive des moins bons élèves en la matière entraînait une amélioration de la note ESG moyenne des entreprises conservées au sein du portefeuille. Ils n'ont en revanche constaté aucune amélioration ni aucune détérioration au niveau des caractéristiques de risque et de rendement.

Effets du filtrage ESG sur l'indice MSCI Europe

video

Les deux chercheurs ont par la suite observé l’effet d'un filtrage des entreprises du portefeuille d’après leurs notes environnementales, sociales ou de gouvernance. Ils sont ainsi arrivés, en substance, à une conclusion similaire : l’amélioration du profil ESG d’un portefeuille ne se fait pas au détriment des performances corrigées du risque.

Le constat est le même lorsque l'on applique ce filtrage ESG à des portefeuilles smart beta. Ils ont remarqué à cet égard que, dans la plupart des cas, le filtrage ESG améliore la performance, même ajustée du risque.

3ème volet : Évaluation des biais « accidentels » induits par le filtrage ESG

Si ces résultats vont dans le sens de l'investissement ESG, les chercheurs ont aussi mis en lumière des biais géographiques et sectoriels qui peuvent découler d’un tel filtrage.

Les chercheurs ont découvert que plus ce filtrage est strict, plus il s’accompagne d’un biais prononcé en faveur des actions des régions Europe et Pacifique et en défaveur des actions des États-Unis et des marchés émergents.

En effet, les entreprises implantées aux États-Unis et dans les marchés émergents récoltent une notation ESG absolue inférieure à celles situées en Europe et dans la région Pacifique.

De même, l’exclusion progressive des titres les moins bien notés donne lieu à une sous-pondération dans les secteurs financier et de l’énergie et à une surpondération dans les technologies de l’information et les secteurs industriels. Elle implique également une réduction de l'exposition aux primes factorielles de taille et de valeur.

Une approche ESG plus agressive conduit généralement à miser fortement sur de grandes entreprises conservatrices et rentables, concluent Fabio Alessandrini et Éric Jondeau.

Le point de vue de Lyxor

Les investisseurs s'interrogent à juste titre : la préférence pour l’investissement durable et socialement responsable implique-t-elle un sacrifice en matière de performance ?

Ce projet de recherche tend à répondre non à cette question. D’après l’analyse des performances historiques d’actions appartenant à l’indice MSCI All Country World, une politique d’exclusion fondée sur la note ESG des entreprises ne nuit absolument pas aux performances du portefeuille.

Dans certains cas, elle aboutit même à des rendements ajustés du risque supérieurs par rapport à l’univers de départ.

Toutefois, les investisseurs doivent garder à l'esprit que le filtrage ESG est susceptible de créer d’importants biais géographiques et sectoriels - comme une orientation vers les titres d'Europe ou du Pacifique - ainsi qu'en faveur de grandes entreprises conservatrices et rentables.

Il y a encore beaucoup à apprendre dans le domaine de l’intégration du smart beta et des facteurs ESG, et autant à faire pour concevoir des algorithmes permettant d'optimiser le profil ESG des portefeuilles tout en maintenant l’exposition aux facteurs de risque sous contrôle.

À retenir de la partie 3 :

  • Les investisseurs ESG n'ont pas à transiger sur les performances.
  • Une stratégie de filtrage positif axée sur les notes ESG peut élever le profil ESG de portefeuilles traditionnels et smart beta passifs et actifs, sans obérer les rendements corrigés du risque.
  • Une stratégie de filtrage axée sur les notes ESG appliquée aux dix dernières années a donné lieu à d'importants biais géographiques et sectoriels.

Obtenez davantage d’informations sur l’investissement ESG passif dans notre nouveau rapport: 

Report

1 ESG Investing: From Sin Stocks to Smart Beta Alessandrini, Jondeau, juin 2019.

Informations importantes

POUR INVESTISSEURS QUALIFIÉS UNIQUEMENT – Ce document est réservé et ne peut être remis en Suisse qu’à des investisseurs qualifiés tels que définis dans la Loi suisse sur les Placements Collectifs de Capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).

Ce document a été fourni par Lyxor International Asset Management qui est seul responsable de son contenu.

La publication de ce document ne constitue pas un acte de distribution de placements collectifs de capitaux en Suisse au sens de la Loi suisse sur les placements collectifs de capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).

Les intermédiaires financiers (y compris en particulier les représentants de banques privées ou les gestionnaires de fortune indépendants, Intermédiaires) sont tenus d’observer les exigences réglementaires strictes de la LPCC qui s’appliquent à toute activité de distribution de placements collectifs étrangers en Suisse. Il est de la seule responsabilité de chaque Intermédiaire de s’assurer (i) que toutes ces exigences soient remplies avant que l’Intermédiaire ne distribue les Fonds présentés dans ce document et (ii) sinon, qu’il ne mène aucune activité qui pourrait être constitutive d’une forme de distribution de placements collectifs de capitaux en Suisse telle que définie à l’art. 3 LPCC et dans son ordonnance d’application.

L’information contenue dans ce document est donnée uniquement en date du présent document et n’est pas mise à jour à une date ultérieure.

Ce document a été élaboré dans un but exclusivement informatif et ne constitue ni une offre, ni une invitation à faire une offre, ni une sollicitation ou une recommandation d’investissement dans un quelconque placement collectif de capitaux. Ce document ne constitue ni un prospectus au sens de l’article 652a ou de l’article 1156 du Code des obligations suisse, ni un prospectus de cotation au sens des règles de cotation de la SIX Swiss Exchange plate-forme de négociation au sens de la Loi fédérale sur l’infrastructure des marchés financiers du 19 juin 2015 (telle qu’amendée de temps à autre, LIMF), ni un prospectus simplifié, ni un document d'information clé pour l’investisseur, ni un prospectus tels que définis dans la LPCC.

Tout investissement dans un placement collectif de capitaux comporte des risques qui sont décrits dans le prospectus ou la notice d’offre. Avant toute décision d’investissement il est recommandé de lire intégralement le prospectus ou la notice d’offre et de porter une attention spécifique aux avertissements et informations relatifs aux risques.

Tout benchmark/ indice de référence mentionné dans ce document est fourni dans un but informatif uniquement.

Ce document n’est pas le résultat d’une analyse financière et n’est donc pas soumis à la « Directive visant à garantir l’indépendance de la recherche financière » émise par l’Association suisse des banquiers.

Ce document ne contient pas de recommandations ni de conseils personnalisés et n’a pas pour vocation à se substituer aux conseils d’un professionnel en matière d’investissement dans des produits financiers.