02 Feb 2021

Mesure de la température des ETF avec COtool : trois découvertes surprenantes

Banner-image

A des fins de Marketing - POUR INVESTISSEURS QUALIFIÉS UNIQUEMENT – Ce document est réservé et ne peut être remis en Suisse qu’à des investisseurs qualifiés tels que définis dans la Loi suisse sur les Placements Collectifs de Capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).

Le mois dernier, nous avons lancé notre nouvel outil COtool, qui vous permet de mesurer la température de vos ETF et évaluer comment plus de 100 ETF Lyxor s’alignent sur les objectifs fixés par l'Accord de Paris.

Nous sommes ravis des retours positifs à l’égard des mesures concrètes que nous mettons en place en toute transparence. Nous continuerons de vous inviter à utiliser COtool pour facilement évaluer l'impact de vos investissements sur le réchauffement climatique, à travers la publication des températures de la plupart des indices qui sous-tendent les ETF.

Après une semaine d’utilisation, nous partageons avec vous l’analyse des principaux constats que nous avons observés jusqu'ici. 

De nombreux titres européens des services aux collectivités sont alignés sur l'objectif de 1,5°C

Les entreprises des services aux collectivités fournissent de l'électricité, du gaz naturel et de l'eau, entre autres services publics. Ce secteur est exclu de nombreux indices ESG en raison de son empreinte carbone élevée. Pourtant, selon l'outil COtool, le secteur européen des services aux collectivités (tel que représenté par l'Indice STOXX Europe 600 Utilities) est aligné sur l'objectif de 1,5°C, 65% de son encours se situant même sous ce seuil. 

1.5    

Même l'indice MSCI World Utilities, qui est composé à plus de 50% d'entreprises américaines, affiche une température implicite de 1,8 °C, soit sous le niveau de 2 °C du scénario central de l'Accord de Paris. Pourquoi ?

Le secteur des services aux collectivités est de fait « sous le budget ». Notre méthodologie attribue en effet un budget carbone aux services aux collectivités sur la base de l'approche de décarbonation sectorielle (sectoral decarbonisation approach, SDA). La SDA tient compte des opportunités de décarbonation d'un secteur donné et, si des budgets carbone élevés sont alloués aux entreprises des services aux collectivités dès lors qu'elles ont tendance à afficher une forte intensité de carbone, ces budgets baissent d'année en année.

En réalité, la plupart des entreprises des services aux collectivités sont en ligne avec l'objectif de température car le secteur est plus avancé que d'autres sur la voie d'une économie faible en carbone. S'il y reste beaucoup à faire pour décarboner le secteur, un nombre important de projets visant à réduire les émissions ont été lancés au cours des dix dernières années. Nombre d'entreprises du secteur se sont par ailleurs fermement engagées en faveur d'un  scénario de réchauffement bien inférieur à 2°C  selon l'initiative Objectifs fondés sur une base scientifique.

La plupart des indices pointent à plus de 3 °C

En fonction de votre connaissance de l'industrie financière, cette révélation peut ou non vous surprendre. Mais il vaut la peine de souligner que la plupart des indices sont en ligne avec une issue conforme à une poursuite des activités comme à l'ordinaire, soit supérieure à 3°C. 

s&p 3  msci 2.3

Une possibilité pour réduire l'impact sur la température d'un composant clé d'un portefeuille, comme le S&P 500, consiste à prendre en compte la variante de l'indice S&P alignée sur l'Accord de Paris. Le fonds Lyxor S&P 500 Paris-Aligned Climate (EU PAB) (DR) ETF est en ligne avec le scénario le plus ambitieux de l'Accord de Paris, à savoir un réchauffement limité à 1,5°C.

s&p 1.5

Les indices ESG peuvent être « chauds »

Il nous a plusieurs fois été demandé comment un ETF ESG pouvait afficher une température élevée, ou être « plus chaud » que son indice parent ou ETF non ESG comparable.

Prenons pour exemple le DAX 30 : cet indice reflète un pan de l'économie allemande qui affiche une forte intensité carbone, en raison de la part importante de charbon dans le secteur de l'électricité du pays et de la forte représentation des entreprises de cette industrie au sein du DAX.

Toutefois, l'outil COtool démontre que le DAX 30 est compatible avec un scénario de réchauffement limité à 1,5°C, tandis que l'indice DAX 50 ESG affiche une température supérieure à 3°C.  

dax 1.5  dax 3

Ainsi un indice peut afficher une empreinte carbone très élevée actuellement et être tout de même aligné avec l'Accord de Paris. La température indique si l'indice est sur une trajectoire en ligne avec l'Accord de Paris, et non s'il présente une forte intensité carbone à l'heure actuelle.

Dans notre exemple, le DAX 30 reprend plusieurs grandes entreprises du secteur de l'électricité. Celles-ci sont connues pour la part importante qu'elles réservent au charbon dans leur mix énergétique. Elles sont responsables de volumes d'émissions très élevés, et sont donc exclues des indices ESG. Mais, dès lors qu'elles se sont fermement engagées à réduire leurs émissions (une initiative plus ambitieuse encore que celle préconisée par leur trajectoire de décarbonation SDA attendue), elles sont alignées sur l'objectif de 1,5°C.

À terme, la meilleure façon de comprendre cette situation est de reconnaître qu'un indicateur ESG est fondamentalement différent d'une mesure de température.

Une notation ESG évalue un émetteur en fonction de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, tandis qu'une mesure de température se concentre plus exclusivement sur l'alignement avec les objectifs de l'Accord de Paris. Une entreprise à forte intensité carbone peut tout de même afficher une note élevée s'agissant des aspects sociaux ou de gouvernance, susceptible de compenser un faible score sur le front environnemental pour déboucher sur une note ESG robuste.

Si la méthodologie d'un indice ESG surpondère les émetteurs présentant des notes ESG élevées, et si ceux-ci ne sont pas alignés sur les objectifs de l'Accord de Paris, cela peut mener à une température élevée, ou supérieure à celle de son indice parent.

Quelques remarques

Le constat que nous dressons aujourd'hui correspond à un instantané. Les températures évolueront dans les mois à venir, conformément à leur potentiel. Plusieurs raisons à cela :

  • Évolution de la composition et des pondérations du fonds
  • Variations de la valeur d'entreprise des émetteurs compris dans le fonds (fluctuations de leur capitalisation boursière, hausse ou baisse de leur endettement, liquidités disponibles, etc.)
  • Réduction effective des émissions des émetteurs au sein du fonds
  • Évolution des budgets carbone théoriques à partir des scénarios climatiques mis à jour
  • Expansion de la base de données Trucost grâce à de nouvelles données relatives à des émetteurs qui n'étaient pas couverts jusque-là

À noter que la réduction de la température d'un fonds n'est pas nécessairement due à une baisse effective des émissions d'émetteurs repris dans ce fonds. De la même manière, une augmentation n'est pas nécessairement due à une hausse des émissions.

L'outil COtool ne prend pas encore en compte les émissions « scope 3 ». Ce périmètre se rapporte aux émissions indirectes de gaz à effet de serre qui résultent des activités de l'entreprise, mais qui ne proviennent pas de sources détenues ou contrôlées par celle-ci.

Pour certains secteurs tels que l'automobile et le pétrole et le gaz, les émissions « scope 3 » représentent une part importante des émissions du secteur. Elles doivent être prises en compte dans l'évaluation de l'alignement au sein de ces secteurs afin d'avoir une vision d'ensemble correcte de leur intensité carbone.

Malheureusement, le reporting concernant les émissions « scope 3 » des entreprises est insuffisant, il est difficile de modéliser ces émissions et les scénarios sur le climat utilisés pour fixer les objectifs n'intègrent pas encore les émissions « scope 3 » dans les projections de transition.

Pour concrétiser le potentiel de l'outil COtool, nous travaillons en 2021 à l'intégration des émissions « scope 3 » dans notre méthodologie applicable à l'automobile et au pétrole et au gaz.

Voici donc une première anayse depuis le lancement tout récent de COtool qui aspire à évoluer. N'hésitez pas à nous envoyer toute question ou remarque sur notre outil, et nous essayerons d'y répondre dans un prochain article de blog.

Découvrez notre outil COtool et la méthodologie Lyxor et notre gamme d'ETF climatiques alignés sur l'Accord de Paris​

Sans oublier que les ETF présentent un risque de perte en capital ainsi que d’autres risques détaillés ci-dessous.

LES RISQUES LIÉS À L’INVESTISSEMENT
RISQUE DE PERTE EN CAPITAL :
Les ETF sont des instruments de réplication : leur profil de risque est similaire à celui d’un investissement direct dans l’Indice sous-jacent. Le capital des investisseurs est entièrement à risque et il se peut que ces derniers ne récupèrent pas le montant initialement investi.
RISQUE DE REPLICATION : Les objectifs du fonds peuvent ne pas être atteints si des événements inattendus surviennent sur les marchés sous-jacents et ont un impact sur le calcul de l’indice et l’efficacité de la réplication du fonds.
RISQUE DE CONTREPARTIE : Dans le cas des ETF synthétiques, les investisseurs sont exposés aux risques découlant de l’utilisation d’un Swap de gré à gré avec la Société Générale. Conformément à la réglementation OPCVM, l’exposition à la Société Générale ne peut pas dépasser 10% des actifs totaux du fonds. Les ETF à réplication physique peuvent être exposés au risque de contrepartie s'ils ont recours au prêt de titres. 
RISQUE SOUS-JACENT : L’Indice sous-jacent d’un ETF Lyxor peut être complexe et volatil. Dans le cas des investissements en matières premières, l’Indice sous-jacent est calculé par rapport aux contrats futures sur matières premières, ce qui expose l’investisseur à un risque de liquidité lié aux coûts, par exemple de portage et de transport. Les ETF exposés aux Marchés émergents comportent un risque de perte potentielle plus élevé que ceux qui investissent dans les Marchés développés, car ils sont exposés à de nombreux risques imprévisibles inhérents à ces marchés. 
RISQUE DE CHANGE : Les ETF peuvent être exposés au risque de change s’ils sont libellés dans une devise différente de celle de l’Indice sous-jacent qu’ils répliquent. Cela signifie que les fluctuations des taux de change peuvent avoir un impact positif ou négatif sur les rendements. 
RISQUE DE LIQUIDITE : La liquidité est fournie par des teneurs de marché enregistrés sur les bourses où les ETF sont cotés, en ce compris la Société Générale. La liquidité sur les bourses peut être limitée du fait d’une suspension du marché sous-jacent représenté par l’Indice sous-jacent suivi par l’ETF, d’une erreur des systèmes de l’une des bourses concernées, de la Société Générale ou d’autres teneurs de marché, ou d’une situation ou d’un événement exceptionnel(le).
RISQUE DE CONCENTRATION : Les ETF thématiques et Smart Beta sélectionnent des titres actions et obligations pour leur portefeuille sur la base d’un indice d’origine de référence. Dans le cas où les règles de sélection sont particulièrement strictes, le portefeuille peut être plus concentré et le risque est réparti sur moins de titres que l’indice d’origine.

Informations importantesCe document a été fourni par Lyxor International Asset Management qui est seul responsable de son contenu.
La publication de ce document ne constitue pas un acte de distribution de placements collectifs de capitaux en Suisse au sens de la Loi suisse sur les placements collectifs de capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).
Ce document est réservé et ne peut être transmis en Suisse qu’à des investisseurs qualifiés tels que définis dans la Loi suisse sur les placements collectifs de capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).
Les parts ou actions du fonds ne sont pas enregistrées au titre de l’U.S Securities Act of 1933 et ne peuvent être offertes ou vendues directement ou indirectement aux Etats-Unis d’Amérique ou au bénéfice d‘une « US Person » (tel que ce terme est défini dans la Regulation S au titre de la loi américaine Securities Act de 1933, tel que modifiée, et/ou toute personne qui ne tombe pas dans la définition de « Non-United States Person » au sens de la Section 4.7(a)(1)(iv) des règles de la U.S. Commodity Futures Trading Commission). Aucun régulateur américain (que ce soit au niveau fédéral ou au niveau d’un Etat) n’a examiné ni approuvé ce document ni aucun autre document relatif au fonds. Toute déclaration contraire constituerait une infraction pénale aux Etats-Unis. 
La performance historique ne représente pas un indicateur de performance actuelle ou future. Les données de performance ne tiennent pas compte des commissions et frais perçus lors de l'émission et du rachat des parts. 
Les intermédiaires financiers (y compris en particulier les représentants de banques privées ou les gestionnaires de fortune indépendants, Intermédiaires) sont tenus d’observer les exigences réglementaires strictes de la LPCC qui s’appliquent à toute activité de distribution de placements collectifs étrangers en Suisse. Il est de la seule responsabilité de chaque Intermédiaire de s’assurer (i) que toutes ces exigences soient remplies avant que l’Intermédiaire ne distribue les Fonds présentés dans ce document et (ii) sinon, qu’il ne mène aucune activité qui pourrait être constitutive d’une forme de distribution de placements collectifs de capitaux en Suisse telle que définie à l’art. 3 LPCC et dans son ordonnance d’application.
 
L’information contenue dans ce document est donnée uniquement en date du présent document et n’est pas mise à jour à une date ultérieure. 
Ce document a été élaboré dans un but exclusivement informatif et ne constitue ni une offre, ni une invitation à faire une offre, ni une sollicitation ou une recommandation d’investissement dans un quelconque placement collectif de capitaux. Ce document ne constitue ni un prospectus au sens de l’article 652a ou de l’article 1156 du Code des obligations suisse, ni un prospectus de cotation au sens des règles de cotation de la SIX Swiss Exchange plate-forme de négociation au sens de la Loi fédérale sur l’infrastructure des marchés financiers du 19 juin 2015 (telle qu’amendée de temps à autre, LIMF), ni un prospectus simplifié, ni un document d'information clé pour l’investisseur, ni un prospectus tels que définis dans la LPCC.
Tout investissement dans un placement collectif de capitaux comporte des risques qui sont décrits dans le prospectus ou la notice d’offre. Avant toute décision d’investissement il est recommandé de lire intégralement le prospectus ou la notice d’offre et de porter une attention spécifique aux avertissements et informations relatifs aux risques. 
Tout benchmark/ indice de référence mentionné dans ce document est fourni dans un but informatif uniquement. 
Ce document n’est pas le résultat d’une analyse financière et n’est donc pas soumis à la « Directive visant à garantir l’indépendance de la recherche financière » émise par l’Association suisse des banquiers. 
Ce document ne contient pas de recommandations ni de conseils personnalisés et n’a pas pour vocation à se substituer aux conseils d’un professionnel en matière d’investissement dans des produits financiers.

Disclaimer Recherche
Lyxor International Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2009/65/CE) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel.Lyxor International Asset Management (LIAM) ou Lyxor Asset Management (LAM) peuvent ou ont pu entretenir des relations commerciales avec des entreprises couvertes par les rapports de recherche. En conséquence, les investisseurs doivent etre informés que LIAM, LAM, ou leurs employés, peuvent avoir un conflit d’intérêt susceptible de porter atteinte à l’objectivité de ce rapport. Dans le cadre de la prise de décision d’investissement, les investisseurs doivent considérer ce rapport comme un facteur individuel. Merci de vous référer à l’appendice de ce document pour la ou les certification(s) du ou des analyste(s), des informations importantes et les disclaimers. Ou consulter notre page web dediée lyxoretf.com/compliance.

IAM sales group disclaimer
Ce message est produit par le département de vente de LIAM et non pas de la Recherche cross-asset. Ce message est destiné exclusivement à des investisseurs agissant pour compte propre et appartenant à la classification « contreparties éligibles » ou « clients professionnels ». Il ne s’adresse pas à des investisseurs particuliers. Ce document ne peut être pas qualifié de recherche indépendante sur les investissements et doit être considéré comme une communication marketing même s’il contient une référence de recherche. Consultez notre page web dediée ici : www.lyxoretf.com/compliance.

Conflit d’intérêt
Le contenu de cette page reflète les vues, opinions et recommandations de la recherche cross-asset de Lyxor Asset Management ("LAM") et des analystes et stratégistes de la recherche ETF de Lyxor International Asset Management ("LIAM"). Dans la mesure où cette recherche recouvre des idées d’investissement fondées sur des vues macroéconomiques de conditions de marchés ou de valeur relative, elle peut être différente des opinions et recommandations fondamentales de la recherche cross-asset et de la recherche ETF présentées dans les rapports de recherche sur des secteurs ou entreprises produits par la recherche cross-asset ou la recherche ETF, ainsi que des vues et opinions d’autres départements de LAM, LIAM et de leurs filiales. Les analystes et/ou stratégistes de la recherche cross-asset Lyxor et de la recherche ETF consultent périodiquement les équipes commerciales et les équipes de gestion de LIAM ou LAM à propos d’informations sur le marché, incluant, mais ne se limitant pas, à l’établissement des cours, des niveaux de spreads et de l’activité de négociation des ETF répliquant des indices actions, obligataires et sur matières premières. Les tables de négociation peuvent négocier ou avoir négocié en tant que principal sur la base de vues et rapports des analystes de recherche. Lyxor a des politiques et procédure de recherche obligatoires qui sont raisonnablement conçues pour (i) s’assurer que les faits présentés dans les rapports de recherche sont fondés sur des informations fiables et (ii) pour éviter la diffusion sélective et non appropriée de rapports de recherche. En outre, les analystes de recherche reçoivent une rétribution sur la base, en partie, de la qualité et de la précision de leur analyse, des retours formulés par les clients, de facteurs concurrentiels et de l’ensemble des revenus de LIAM ou LAM, inclus les revenus des frais de gestion, des frais de conseil en gestion et des commissions de distribution.

© 2021 LYXOR INTERNATIONAL ASSET MANAGEMENT ALL RIGHT