13 janv. 2020

Obligations vertes : 5 raisons de choisir la gestion passive

5reasons

A des fins de Marketing

POUR INVESTISSEURS QUALIFIÉS UNIQUEMENT – Ce document est réservé et ne peut être remis en Suisse qu’à des investisseurs qualifiés tels que définis dans la Loi suisse sur les Placements Collectifs de Capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).

francoismillet

Alors que les entrées de capitaux à destination des ETF ESG et les émissions d’obligations vertes sur le marché primaire ont battu tous les records en 2019, la tendance de l’investissement durable n’en est qu’à ses débuts. Dans ce blog, François Millet, Responsable Stratégie, ESG et Innovation, nous donne cinq raisons d’envisager une approche passive pour investir dans les obligations vertes.

L’urgence climatique a semé le chaos en 2019. Le cyclone Idai a fait des milliers de victimes dans le sud-est de l’Afrique. La France a enregistré la température record de 45,9°C, tandis que les rues et les places de Venise ont été submergées par les flots.1

Dans le même temps, les incendies dans le bush australien font rage avec des flammes pouvant atteindre jusqu’à 70 mètres de haut (à titre de comparaison, l’Opéra de Sydney culmine à 65 mètres). Jusqu’à présent, le feu a dévasté 6 millions d’hectares de bush, de forêts et de parcs2, soit deux fois la superficie de la Belgique.

Si certains de ces événements ne sont que de regrettables catastrophes naturelles, leur fréquence et leur intensité croissantes pourraient bien être la conséquence du changement climatique.

Le tableau est bien sombre, mais le changement de mentalité sensible que nous avons pu observer en 2019 apporte une lueur d’espoir. Le mouvement Extinction Rebellion, l’introduction en bourse de Beyond Meat, l’effet Greta sont autant de signes d'une dynamique en formation et comme l’ont montré les collectes de l’année dernière, les investisseurs n’y sont pas indifférents.

C’est une excellente nouvelle, car la finance a le pouvoir de changer le monde. Les obligations vertes, en particulier, pourraient contribuer à la transition vers un avenir à faible émission de carbone dans la mesure où leurs produits sont exclusivement alloués au financement de projets et d’actifs respectueux de l’environnement.

Chez Lyxor, nous estimons que la meilleure manière d’investir dans les obligations vertes est d’opter pour un fonds passif. Voici pourquoi.

1. Quels standards pour l’investissement responsable ?

L’absence de normalisation constitue un véritable casse-tête pour les investisseurs ESG. Même s'il existe des référentiels, parvenir à un consensus sur les caractéristiques d'une « bonne » ou d'une « mauvaise » entreprise est plus facile à dire qu’à faire. Cela se résume souvent à des valeurs, priorités et préférences personnelles.

Mais dans l’univers obligataire, il est beaucoup plus facile de définir une obligation « verte ». Le marché des obligations vertes est sans doute le domaine le plus normalisé de l’investissement ESG, notamment en comparaison avec les fonds ESG reposant sur des notations ou les fonds thématiques aux critères hétérogènes.

Les obligations vertes sont émises dans un cadre précis, généralement les Principes des obligations vertes (Green Bond Principles, GBP) de l’International Capital Market Association (ICMA). D’autres référentiels sont parfois utilisés, mais ils sont généralement établis par des organismes supranationaux ou étatiques suivant des directives proches de celles des GBP. La plupart des obligations autoproclamées « vertes » font ensuite l’objet d’un deuxième avis de la part d’agences et d’auditeurs qualifiés. La Climate Bonds Initiative (CBI), une organisation internationale à but non lucratif axée sur les investisseurs qui s'efforce de mobiliser les marchés de la dette en vue de financer des solutions au changement climatique, peut également certifier les obligations vertes.

Alors que l’ICMA compte des émetteurs, des banques, des négociants en valeurs mobilières et des courtiers avec une perspective essentiellement axée sur les émetteurs, la CBI propose plus aux investisseurs : pleinement alignée sur les GBP, elle va plus loin en évaluant les émetteurs sur la base de l’utilisation de leurs produits, en élaboration des normes de reporting et en respectant une taxonomie stricte. Le CEO de la CBI fait par ailleurs partie du groupe d’experts techniques sur la finance durable de la Commission européenne. La taxonomie de la CBI est donc prise très au sérieux.

2. L’établissement d’un consensus

Le rôle de la CBI en matière de définition d'une taxonomie et de normes strictes pour les obligations vertes repose sur les appréciations de groupes de travail composés d’investisseurs, de scientifiques, d’organismes supranationaux, d’ONG et de banques. Sur la base de ces échanges permanents, l'organisation tient le marché informé et s’assure qu’il évolue sainement vers un monde plus vert.

En décembre 2019, la CBI a publié la troisième version de sa norme internationale visant à garantir la compatibilité avec la nouvelle norme européenne pour les obligations vertes et la toute dernière version des Green Bond Principles en renforçant les définitions des obligations vertes et les exigences en matière d’information.

Les conclusions de ses études contiennent de précieuses informations pour les émetteurs d'obligations vertes. Ainsi, dans le cadre d’une récente enquête.

menée par la CBI et sponsorisée entre autres par Lyxor, les investisseurs européens ont exprimé un vif intérêt pour les émetteurs privés dans les secteurs de l’énergie, des services aux collectivités et de l’industrie. Qu’on le veuille ou non, les principaux émetteurs et pollueurs de ces secteurs ont un rôle majeur à jouer dans la réalisation de l’objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050 fixé par la Fondation européenne pour le climat. Inciter ces entreprises à émettre davantage obligations vertes sera capital. Les fuir ne résoudra rien, alors qu’investir dans leurs obligations pourrait être la solution.

En effet, quelle que soit la nature des émetteurs, les investisseurs peuvent choisir leurs obligations vertes avec la conscience tranquille, en sachant que les produits seront utilisés exclusivement pour financer des projets et des actifs respectueux du climat. La normalisation basée sur le consensus de la CBI et sa taxonomie stricte contribuent à ouvrir la voie aux investissements passifs et à parer au risque d’écoblanchiment, autrement dit des investissements qui se donnent l’air plus écologiques qu’ils ne le sont en réalité. Chez Lyxor, seules les obligations vertes agréées par la CBI sont éligibles à l’inclusion dans les indices sous-jacents de notre gamme d’ETF sur obligations vertes.

3. Transparence

Tous les investisseurs souhaitent savoir où va leur argent, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’investissements ESG tels que les obligations vertes. Comme pour tous les ETF passifs, les participations des fonds sont publiées quotidiennement et facilement accessibles. Elles sont disponibles en ligne sur les pages consacrées aux produits Lyxor.

Par ailleurs, les détenteurs de nos ETF sur obligations vertes peuvent voir concrètement l’utilisation des produits. Le graphique ci-dessous montre la répartition par catégorie d’utilisation du produit de l’indice Solactive Green Bond EUR USD IG sur lequel repose notre ETF lancé en 2017.3

video

Mais nous ne nous arrêtons pas là. Savoir quelles catégories sont financées par votre argent est certes utile, mais pas suffisant pour quantifier précisément l'impact de votre investissement. C’est la raison pour laquelle nous publions sur notre site Internet des rapports mensuels contenant des informations détaillées sur les mesures climatiques et ESG de nos fonds.

Nous fournissons également des données plus concrètes, telles que les nouvelles capacités d’énergies renouvelables installées (en MWh) et les émissions évitées (en tonnes de CO2). Pour vous donner un ordre d’idée, nous estimons que l’impact de notre premier ETF sur obligations vertes sur une période d'un an correspond à la consommation d’énergie moyenne de plus de 5.000 foyers, ou l’équivalent en émissions évitées de 12.000 voitures utilisées sur un an.4

Impact estimé de l’ETF Lyxor Green Bond (DR) UCITS sur une année.4

video

4. Diminution des coûts

Comme nous l’avions indiqué précédemment, l’amélioration de la collecte, du traitement et de la normalisation des données ESG permet aux fournisseurs d’indices de codifier les objectifs ESG dans les indices de référence avec une précision, une rigueur et une transparence élevées.

Les gérants de fonds d’obligations vertes à gestion active facturent des frais supérieurs afin de couvrir les coûts de la recherche et les rémunérations des analystes. À contrario, l’approche fondée sur des règles des ETF répliquant des indices permet de réduire les coûts pour les investisseurs. Dans le cas de notre gamme d’ETF sur obligations vertes, notre indice (construit avec Solactive) sélectionne des valeurs dans un univers de départ composé d’obligations vertes agréées de manière indépendante par la CBI.En d’autres termes, nos investisseurs bénéficient de la recherche et de l’expertise de la CBI, qui fait autorité sur le marché des obligations vertes employant plus de 60 collaborateurs, sans payer autant qu’ils le feraient avec un gérant actif.

5. Diversification

Autre avantage de l’approche passive en matière d'investissement dans des obligations vertes, la diversification. S’agissant de notre gamme d’ETF, c’est le cas à de multiples égards. Premièrement, nos expositions sont mondiales, couvrant des émetteurs d’économies développées (France, Allemagne, États-Unis), mais aussi de marchés émergents (Chine, Inde, Brésil).5

Deuxièmement, les indices sous-jacents de notre gamme sélectionnent des obligations vertes parmi différents types d’émetteurs : souverains (Belgique), sous-souverains (Ville de Paris), supranationaux (Banque européenne d’investissement), banques de développement (Banque asiatique de développement) et entités privées dans différents secteurs (Apple, Bank of America, Iberdrola), entre autres.5


video

Source du graphique : Lyxor International Asset Management, Bloomberg. Données au 30/08/2019.

Enfin, à l'instar des expositions mondiales consolidées similaires, nos fonds se positionnent sur différentes échéances, ce qui signifie que les niveaux de duration sont comparables à ceux des indices de référence traditionnels.

Il convient de noter que les gérants actifs d'investissements en obligations vertes se vantent souvent d’offrir de meilleurs rendements ajustés du risque grâce à leurs analyses fondamentales et à leurs cadres ESG internes. Toutefois, notre recherche montre que certains fonds actifs pratiquent volontiers le « closet tracking », se contentant de répliquer l’évolution de leur indice de référence. Alors pourquoi payer pour un fonds faussement actif alors que vous pouvez obtenir le même résultat pour bien moins cher ?

Placez votre argent en suivant votre conscience

greenfin

Si l’urgence climatique est un sujet qui vous tient à cœur autant qu'à nous, optez pour notre gamme d’ETF sur obligations vertes innovante afin d'obtenir un impact ciblé et tangible.

Lancé en 2017, notre fonds a été le premier dans son genre au monde. Depuis, il a obtenu le prestigieux label Greenfin lancé par l’État français au sortir de la COP 21 pour garantir la qualité verte des investissements privés dans l’économie. Le label conforte la crédibilité de l’engagement du fonds en matière de financement de l’économie verte, car il témoigne d'un niveau d’exigences élevé pour la qualité « verte » de ses actifs sous-jacents.

1Source : The Guardian, 19 décembre 2019 :https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/dec/20/2019-has-been-a-year-of-climate-disaster-yet-still-our-leaders-procrastinate
2Source : BBC News, 3 janvier 2020 :https://www.bbc.com/news/world-australia-50951043
3Source : Lyxor International Asset Management, Climate Bonds Initiative. Données au 26/08/2019. L’utilisation du produit de certaines obligations vertes incluses dans l’indice figure dans plusieurs catégories.
4Source : Lyxor International Asset Management, 1er décembre 2019. Ces indicateurs représentent 43% de la pondération du portefeuille, sur la base des données disponibles. L’encours sous gestion au moment du calcul s’élevait à 160 millions d’euros. Informations détaillées sur la méthodologie et les hypothèses disponibles sur demande.
5Source : Lyxor International Asset Management, Solactive, au 06/01/2020.

Informations importantes

POUR INVESTISSEURS QUALIFIÉS UNIQUEMENT – Ce document est réservé et ne peut être remis en Suisse qu’à des investisseurs qualifiés tels que définis dans la Loi suisse sur les Placements Collectifs de Capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).

Ce document a été fourni par Lyxor International Asset Management qui est seul responsable de son contenu.

MULTI-UNITS Luxembourg - Lyxor Green Bond (DR) UCITS ETF - Acc, domicilié à Luxembourg et listé en Suisse, MULTI-UNITS Luxembourg - Lyxor Green Bond (DR) UCITS ETF - Monthly Hedged to EUR - Acc, domicilié à Luxembourg et listé en Suisse, (les Fonds enregistrés) sont des placements collectifs de capitaux dont la distribution, en Suisse à des investisseurs non qualifiés tels que définis dans la loi suisse sur les Placements Collectifs de Capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC), a été approuvée par l’Autorité suisse des marchés financier FINMA (FINMA) selon l’article 120 de la LPCC.

Les Exchange Traded Funds (ETFs) mentionnés ci-dessus sont cotés à la SIX Swiss Exchange/ BX Swiss.

MULTI-UNITS Luxembourg - Lyxor Green Bond ESG Screened (DR) UCITS ETF - Acc, domicilié à Luxembourg et listé hors de Suisse (le Fonds non-enregistré) et ensemble avec les fonds enregistrés, les Fonds) sont des placements collectifs de capitaux dont la distribution, en Suisse à des investisseurs non qualifiés tels que définis dans la Loi suisse sur les Placements Collectifs de Capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC), n’a pas été approuvée par l’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers FINMA (FINMA) selon l’article 120 de la LPCC. En conséquence les fonds non-enregistrés ne peuvent être offerts en Suisse qu’à des investisseurs qualifiés tels que définis dans la LPCC et son ordonnance d’application.

Les intermédiaires financiers (y compris en particulier les représentants de banques privées ou les gestionnaires de fortune indépendants, Intermédiaires) sont tenus d’observer les exigences réglementaires strictes de la LPCC qui s’appliquent à toute activité de distribution de placements collectifs étrangers en Suisse. Il est de la seule responsabilité de chaque Intermédiaire de s’assurer (i) que toutes ces exigences soient remplies avant que l’Intermédiaire ne distribue les Fonds présentés dans ce document et (ii) sinon, qu’il ne mène aucune activité qui pourrait être constitutive d’une forme de distribution de placements collectifs de capitaux en Suisse telle que définie à l’art. 3 LPCC et dans son ordonnance d’application.

L’information contenue dans ce document est donnée uniquement en date du présent document et n’est pas mise à jour à une date ultérieure.
Ce document a été élaboré dans un but exclusivement informatif et ne constitue ni une offre, ni une invitation à faire une offre, ni une sollicitation ou une recommandation d’investissement dans un quelconque placement collectif de capitaux. Ce document ne constitue ni un prospectus au sens de l’article 652a ou de l’article 1156 du Code des obligations suisse, ni un prospectus de cotation au sens des règles de cotation de la SIX Swiss Exchange plate-forme de négociation au sens de la Loi fédérale sur l’infrastructure des marchés financiers du 19 juin 2015 (telle qu’amendée de temps à autre, LIMF), ni un prospectus simplifié, ni un document d'information clé pour l’investisseur, ni un prospectus tels que définis dans la LPCC.

Tout investissement dans un placement collectif de capitaux comporte des risques qui sont décrits dans le prospectus ou la notice d’offre. Avant toute décision d’investissement il est recommandé de lire intégralement le prospectus ou la notice d’offre et de porter une attention spécifique aux avertissements et informations relatifs aux risques.

Tout benchmark/ indice de référence mentionné dans ce document est fourni dans un but informatif uniquement.

Ce document n’est pas le résultat d’une analyse financière et n’est donc pas soumis à la « Directive visant à garantir l’indépendance de la recherche financière » émise par l’Association suisse des banquiers.

Ce document ne contient pas de recommandations ni de conseils personnalisés et n’a pas pour vocation à se substituer aux conseils d’un professionnel en matière d’investissement dans des produits financiers.

Le Représentant et le Service de paiement des fonds en Suisse est Société Générale, Paris, succursale de Zurich, Talacker 50, 8001 Zurich.

Le prospectus ou la notice d’offre, le document d’information clé pour l’investisseur, le règlement de gestion, les statuts et/ou tout autre document constitutif ainsi que les rapports annuels et semi-annuels sont disponibles sans frais auprès du Représentant en Suisse.

S’agissant des parts/actions des Fonds distribuées en ou à partir de la Suisse, le lieu d’exécution et le for sont au siège du Représentant en Suisse.