03 Sep 2021

Podcast : Lutter contre les inégalités de genre, avec L'Oréal et Equileap

Banner-image

Voici le deuxième épisode de notre nouveau podcast sur l’investissement, One Step Ahead (« Une longueur d’avance »), qui vous est présenté par Lyxor ETF.

Dans cet épisode, Libby Potter explore le thème de l'égalité hommes-femmes et son impact sur les performances des entreprises. Si les arguments moraux et éthiques en faveur de l'égalité des sexes sont largement admis, des éléments de plus en plus nombreux démontrent aussi que la diversité des genres a un impact positif sur les résultats financiers des entreprises.


Libby accueille deux invitées : Diana Van Maasdijk, CEO et cofondatrice d'Equileap, un fournisseur de données et organisme de recherche indépendant, et Margaret Johnston-Clarke, Global Chief Diversity Equity Inclusion Officer chez L'Oréal. Diana et Margaret donnent leur avis sans détour sur l’égalité des sexes dans l'univers professionnel, reconnaissent les progrès accomplis et attirent l'attention sur d'importants domaines demeurant à améliorer. Elles plaident également en faveur de l’investissement dans l’égalité hommes-femmes.

Diana

Diana van Maasdijk

CEO and co-fondatrice,  Equileap

Margaret

Margaret Johnston-Clarke

Global Chief Diversity Equity Inclusion
L'Oréal

Vous trouverez ci-dessous quelques extraits du podcast. Vous pouvez écouter l’épisode entier sur votre plateforme de podcasts préférée (Spotify, Apple Podcasts, Google Podcasts, Stitcher) ou tout simplement sur le site Lyxor ETF :


Libby : Faisons le point sur l'égalité hommes-femmes dans le monde de l'entreprise. Que vous inspire la situation actuelle ?

Diana : Réfléchir à la situation actuelle me ramène 30 ans en arrière, quand je suivais des cours sur les inégalités de genre à l’université. À l'époque, nous débattions de l'écart de rémunération entre les sexes, de l'absence de congé parental rémunéré pour les hommes et les femmes, du harcèlement sexuel, ou encore du manque de femmes aux postes de direction. Nous sommes toujours confrontés aux mêmes problèmes aujourd’hui. On peut en conclure, me semble-t-il, que nous n'avons pas beaucoup progressé au cours des dernières décennies. Pour autant, nous devons absolument changer les choses, car nous savons que l'égalité des sexes a des conséquences positives non seulement sur la société en général, mais aussi d'un point de vue financier. J'espère que nous parviendrons à résoudre ce problème au cours des 10 prochaines années et qu’il ne faudra pas attendre 30 ans de plus.

Margaret, quel est votre point de vue ?

Margaret : Je pense que l'égalité hommes-femmes a fait des progrès indéniables au cours des dernières décennies, mais je rejoins Diana sur le fait qu'il reste encore beaucoup à faire dans le monde de l'entreprise. Je pense que cette question est devenue un véritable enjeu aujourd'hui, ce qui n'était pas forcément le cas il y a 20 ou 30 ans. De ce point de vue, les progrès accomplis sont énormes. La diversité, l'équité et l'inclusion sont désormais prises en compte dans la plupart des grands groupes, mais aussi dans les petites et moyennes entreprises du monde entier.


Il y a eu une formidable prise de conscience sur les questions d'injustice sociale au cours des 12 derniers mois, mais aussi sur le problème du sexisme avec #MeToo ces trois dernières années. Ces enjeux, qui ont alimenté de nombreux débats et conversations, ont aussi favorisé l’adoption de politiques en interne. Chez L'Oréal, nous y travaillons depuis 20 ans – nous n'avons pas attendu #MeToo pour le faire. Mais il est vrai que cette affaire a clairement donné un coup d'accélérateur dans les discussions et nous a permis de tester de nombreux programmes de lutte contre le sexisme sur le lieu de travail, et de partager les bonnes pratiques avec d'autres entreprises à travers le monde. Je dirais que cela va dans le bon sens : il reste beaucoup à faire, mais des avancées ont eu lieu ces dernières années.


Diana, pourquoi l'égalité des sexes est-elle importante non seulement d'un point de vue sociétal, mais aussi économique ? Quels éléments prouvent que les entreprises favorisant la diversité de genre sont plus performantes ?

Diana : Je pense que chacun est aujourd’hui conscient des avantages sociétaux : un monde garantissant l’égalité, notamment l’égalité des chances pour tous, est un monde meilleur. Mais il existe aussi un argument économique très fort, qui n'est pas encore pleinement reconnu. C’est regrettable, car les études qui mettent cet aspect en évidence sont de plus en plus nombreuses. Un certain nombre d’articles de recherche publiés par des acteurs très divers – Harvard, MSCI, Credit Suisse, etc. – montrent que la diversité des sexes est synonyme de meilleures performances financières. J’aimerais citer ici une étude récente, publiée à la fin 2020 par la société de gestion d'actifs Glenmede.
Celle-ci a classé les composantes de l’indice Russell 1000, qui contient les 1.000 plus grandes entreprises des États-Unis, en fonction du score d'égalité des sexes d'Equileap. Les performances financières de ces entreprises entre 2014 et 2020 ont ensuite été analysées, ce qui a révélé que les 20% d’entreprises les plus performantes en matière d’égalité hommes-femmes (celles ayant obtenu le meilleur score) ont surperformé de près de 3% les 20% les moins performantes. Autrement dit, les entreprises affichant de meilleurs résultats en matière de diversité de genre ont généré un rendement financier plus élevé. Et ceci n'est qu'un exemple parmi de nombreux articles de recherche.



Margaret, quel lien établissez-vous entre la performance économique et l'égalité des sexes au sein de l’entreprise ?

Margaret : Nous pensons, naturellement, que la diversité de genre est un facteur de performance pour l’entreprise. Par rapport à ce que Diana vient d’expliquer, dans notre cas, les femmes représentent les deux tiers des effectifs. Bien que nous ayons des consommateurs de tous les genres, les femmes y sont également majoritaires. Or, nous devons nous adapter à nos consommateurs et créer des produits de beauté qui répondent à tous leurs besoins et à leurs attentes à l'échelle du monde entier.
Je pense donc que l'égalité des sexes au sein de nos équipes dirigeantes, dans nos prises de décision – pas seulement parmi nos conseillers beauté ou équipes, mais vraiment dans la prise de décision – est absolument essentielle. Cela profite à tout le monde dans l'entreprise, quel que soit le genre. Nous avons constaté qu'en termes de performance, plus de la moitié de nos marques sont aujourd'hui dirigées par des femmes. À ce jour, près de la moitié de nos expatriés sont des femmes, ce qui n'était pas le cas il y a quelque temps. Cette diversité au niveau de la direction et cette égalité sont fondamentales du point de vue de la performance.


ll nous semble évident qu'une entreprise plus diversifiée sera plus performante. Cependant, Diana, l’étude sur l'égalité des sexes que vous avez mentionnée et qui classe les entreprises les plus performantes rend ce constat indiscutable. Pouvez-vous nous en dire plus sur les conclusions de votre dernier rapport, publié en 2021 ?

Diana :
Avec plaisir. Nous publions chaque année un rapport sur l'égalité des sexes au sein des entreprises, et le dernier date de 2021. J’aimerais partager avec vous trois grandes conclusions de ce rapport. Tout d'abord, l'équilibre entre les sexes sur le lieu de travail est encore loin d'être atteint.Bien que les choses se soient améliorées, nous constatons malheureusement que les femmes occupent, au niveau mondial, 25% des sièges des conseils d'administration et seulement 17% des postes de direction. Depuis de nombreuses années, nous visons l'objectif de 30%. Mais au niveau mondial, nous en sommes encore loin. Des progrès sont donc indispensables. Deuxièmement, malgré le mouvement #MeToo, qui dure depuis déjà trois ans, nous constatons que plus de 50% des entreprises – 51% pour être exacte – n'ont pas de politique de lutte contre le harcèlement sexuel. Or nous savons que c'est un problème sur le lieu de travail, et les entreprises doivent agir sur ce sujet. Nous espérons donc une amélioration. Enfin, la majorité des entreprises (85%) ne publient toujours pas de données concernant l’écart de rémunération entre les sexes. En fait, sur les 4.000 entreprises que nous avons étudiées, seules 15 ont déclaré avoir « comblé l'écart de rémunération entre les sexes ». Dans ce domaine également, nous espérons une amélioration dans les années à venir.


Libby : Eh bien ! Je suis vraiment surprise. Je suis même choquée.


Écoutez le reste de cette conversation dans l’épisode complet de One Step Ahead. 

Nous espérons que vous vous joindrez à nous lors des prochains épisodes pour découvrir des avis d'experts exclusifs et sans filtre sur l’avenir de la planète et comment investir dans un avenir meilleur.

Lyxor Gender Equality (DR) UCITS ETF, conforme à l'article 8 du SFDR, permet aux investisseurs, en toute simplicité, de prendre position en faveur des femmes sur le marché du travail et de soutenir les entreprises qui promeuvent la diversité de genre.

Les bénéfices de l'égalité homme-femme d'un point de vue financier mesurés par l'indice Equileap sont mis en avant par cette étude de Glenmede, comme mentionné par Diana dans ce podcast 

Au moment de l'enregistrement de ce podcast, L'Oréal faisait partie du portefeuille de notre ETF Gender Equality (ticker Bloomberg : ELLE). Dans son rapport 2021 Global Gender Equality Report, Equileap a classé L'Oréal entreprise la plus performante en matière d'égalité hommes-femmes en France et quatrième au niveau mondial.

En savoir plus sur notre ETF Gender Equality

Le présent podcast est publié à titre strictement informatif et ne constitue pas un conseil d’investissement ni une offre d'achat de produits financiers. Lyxor International Asset Management, qui détient la marque Lyxor ETF, n'appuie ni ne promeut les sociétés ou les titres cités dans cette émission. Les opinions exprimées au moment de l'enregistrement ne reflètent pas nécessairement celles de Lyxor ETF ou de sa société mère, Société Générale, et sont susceptibles de varier à tout moment.

Le présent article est publié à titre strictement informatif et ne constitue pas un conseil d'investissement. Lyxor ETF n'appuie ni ne promeut les sociétés citées dans cet article, de quelque façon que ce soit.Les ETF présentent un rique de perte en capital ainsi que d’autres risques détaillés ci-dessous.

Il est important pour les potentiels investisseurs d'évaluer les risques décrits ci-dessous et dans les documentations produits disponibles sur le site lyxoretf.com 

LES RISQUES LIÉS À L’INVESTISSEMENT

RISQUE DE PERTE EN CAPITAL : Les ETF sont des instruments de réplication : leur profil de risque est similaire à celui d’un investissement direct dans l’Indice sous-jacent. Le capital des investisseurs est entièrement à risque et il se peut que ces derniers ne récupèrent pas le montant initialement investi.


RISQUE DE REPLICATION : Les objectifs du fonds peuvent ne pas être atteints si des événements inattendus surviennent sur les marchés sous-jacents et ont un impact sur le calcul de l’indice et l’efficacité de la réplication du fonds.


RISQUE DE CONTREPARTIE : Dans le cas des ETF synthétiques, les investisseurs sont exposés aux risques découlant de l’utilisation de Swaps de gré à gré avec la Société Générale. Conformément à la réglementation OPCVM, l’exposition à un Swap de contrepartie ne peut pas dépasser 10% des actifs totaux du fonds. Les ETF à réplication physique peuvent être exposés au risque de contrepartie s'ils ont recours au prêt de titres. 


RISQUE SOUS-JACENT : L’Indice sous-jacent d’un ETF Lyxor peut être complexe et volatil. Dans le cas des investissements en matières premières, l’Indice sous-jacent est calculé par rapport aux contrats futures sur matières premières, ce qui expose l’investisseur à un risque de liquidité lié aux coûts, par exemple de portage et de transport. Les ETF exposés aux Marchés émergents comportent un risque de perte potentielle plus élevé que ceux qui investissent dans les Marchés développés, car ils sont exposés à de nombreux risques imprévisibles inhérents à ces marchés. 


RISQUE DE CHANGE : Les ETF peuvent être exposés au risque de change s’ils sont libellés dans une devise différente de celle de l’Indice sous-jacent qu’ils répliquent. Cela signifie que les fluctuations des taux de change peuvent avoir un impact positif ou négatif sur les rendements.

 
RISQUE DE LIQUIDITE : La liquidité est fournie par des teneurs de marché enregistrés sur les bourses où les ETF sont cotés, en ce compris la Société Générale. La liquidité sur les bourses peut être limitée du fait d’une suspension du marché sous-jacent représenté par l’Indice sous-jacent suivi par l’ETF, d’une erreur des systèmes de l’une des bourses concernées, de la Société Générale ou d’autres teneurs de marché, ou d’une situation ou d’un événement exceptionnel(le).


RISQUE DE CONCENTRATION : Certains ETF à l’instar des ETF thématiques et Smart Beta sélectionnent des titres actions et obligations pour leur portefeuille sur la base d’un indice d’origine de référence. Dans le cas où les règles de sélection sont particulièrement strictes, le portefeuille peut être plus concentré et le risque est réparti sur moins de titres que l’indice d’origine.

Informations importantes

Ce document a été fourni par Lyxor International Asset Management qui est seul responsable de son contenu.

Lyxor Index Fund - Lyxor Global Gender Equality (DR) UCITS ETF - Acc, domicilié in Luxembourg (les Fonds) est un placement collectif de capitaux dont la distribution, en Suisse à des investisseurs non qualifiés tels que définis dans la Loi suisse sur les Placements Collectifs de Capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC), a été approuvée par l’Autorité suisse des marchés financier FINMA (FINMA) selon l’article 120 de la LPCC. 

Les parts ou actions du fonds ne sont pas enregistrées au titre de l’U.S Securities Act of 1933 et ne peuvent être offertes ou vendues directement ou indirectement aux Etats-Unis d’Amérique ou au bénéfice d‘une « US Person » (tel que ce terme est défini dans la Regulation S au titre de la loi américaine Securities Act de 1933, tel que modifiée, et/ou toute personne qui ne tombe pas dans la définition de « Non-United States Person » au sens de la Section 4.7(a)(1)(iv) des règles de la U.S. Commodity Futures Trading Commission). Aucun régulateur américain (que ce soit au niveau fédéral ou au niveau d’un Etat) n’a examiné ni approuvé ce document ni aucun autre document relatif au fonds. Toute déclaration contraire constituerait une infraction pénale aux Etats-Unis. 

La performance historique ne représente pas un indicateur de performance actuelle ou future. Les données de performance ne tiennent pas compte des commissions et frais perçus lors de l'émission et du rachat des parts. 

Les intermédiaires financiers (y compris en particulier les représentants de banques privées ou les gestionnaires de fortune indépendants, Intermédiaires) sont tenus d’observer les exigences réglementaires strictes de la LPCC qui s’appliquent à toute activité de distribution de placements collectifs étrangers en Suisse. Il est de la seule responsabilité de chaque Intermédiaire de s’assurer (i) que toutes ces exigences soient remplies avant que l’Intermédiaire ne distribue les Fonds présentés dans ce document et (ii) sinon, qu’il ne mène aucune activité qui pourrait être constitutive d’une forme de distribution de placements collectifs de capitaux en Suisse telle que définie à l’art. 3 LPCC et dans son ordonnance d’application.
 
L’information contenue dans ce document est donnée uniquement en date du présent document et n’est pas mise à jour à une date ultérieure. 

Ce document a été élaboré dans un but exclusivement informatif et ne constitue ni une offre, ni une invitation à faire une offre, ni une sollicitation ou une recommandation d’investissement dans un quelconque placement collectif de capitaux. Ce document ne constitue ni un prospectus au sens de l’article 652a ou de l’article 1156 du Code des obligations suisse, ni un prospectus de cotation au sens des règles de cotation de la SIX Swiss Exchange plate-forme de négociation au sens de la Loi fédérale sur l’infrastructure des marchés financiers du 19 juin 2015 (telle qu’amendée de temps à autre, LIMF), ni un prospectus simplifié, ni un document d'information clé pour l’investisseur, ni un prospectus tels que définis dans la LPCC.

Tout investissement dans un placement collectif de capitaux comporte des risques qui sont décrits dans le prospectus ou la notice d’offre. Avant toute décision d’investissement il est recommandé de lire intégralement le prospectus ou la notice d’offre et de porter une attention spécifique aux avertissements et informations relatifs aux risques. 

Tout benchmark/ indice de référence mentionné dans ce document est fourni dans un but informatif uniquement. 

Ce document n’est pas le résultat d’une analyse financière et n’est donc pas soumis à la « Directive visant à garantir l’indépendance de la recherche financière » émise par l’Association suisse des banquiers. 

Ce document ne contient pas de recommandations ni de conseils personnalisés et n’a pas pour vocation à se substituer aux conseils d’un professionnel en matière d’investissement dans des produits financiers. 

Le Représentant et le Service de paiement du Fonds en Suisse est Société Générale, Paris, succursale de Zurich, Talacker 50, 8001 Zurich. 

Le prospectus ou la notice d’offre, le document d’information clé pour l’investisseur, le règlement de gestion, les statuts et/ou tout autre document constitutif ainsi que les rapports annuels et semi-annuels sont disponibles sans frais auprès du Représentant en Suisse. 

Disclaimer Recherche
Lyxor International Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2009/65/CE) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel. Lyxor International Asset Management (LIAM) ou Lyxor Asset Management (LAM) peuvent ou ont pu entretenir des relations commerciales avec des entreprises couvertes par les rapports de recherche. En conséquence, les investisseurs doivent etre informés que LIAM, LAM, ou leurs employés, peuvent avoir un conflit d’intérêt susceptible de porter atteinte à l’objectivité de ce rapport. Dans le cadre de la prise de décision d’investissement, les investisseurs doivent considérer ce rapport comme un facteur individuel. Merci de vous référer à l’appendice de ce document pour la ou les certification(s) du ou des analyste(s), des informations importantes et les disclaimers. Ou consulter notre page web dediée lyxoretf.com/compliance.

Conflit d’intérêt
Le contenu de cette page reflète les vues, opinions et recommandations de la recherche cross-asset de Lyxor Asset Management ("LAM") et des analystes et stratégistes de la recherche ETF de Lyxor International Asset Management ("LIAM"). Dans la mesure où cette recherche recouvre des idées d’investissement fondées sur des vues macroéconomiques de conditions de marchés ou de valeur relative, elle peut être différente des opinions et recommandations fondamentales de la recherche cross-asset et de la recherche ETF présentées dans les rapports de recherche sur des secteurs ou entreprises produits par la recherche cross-asset ou la recherche ETF, ainsi que des vues et opinions d’autres départements de LAM, LIAM et de leurs filiales. Les analystes et/ou stratégistes de la recherche cross-asset Lyxor et de la recherche ETF consultent périodiquement les équipes commerciales et les équipes de gestion de LIAM ou LAM à propos d’informations sur le marché, incluant, mais ne se limitant pas, à l’établissement des cours, des niveaux de spreads et de l’activité de négociation des ETF répliquant des indices actions, obligataires et sur matières premières. Les tables de négociation peuvent négocier ou avoir négocié en tant que principal sur la base de vues et rapports des analystes de recherche. Lyxor a des politiques et procédure de recherche obligatoires qui sont raisonnablement conçues pour (i) s’assurer que les faits présentés dans les rapports de recherche sont fondés sur des informations fiables et (ii) pour éviter la diffusion sélective et non appropriée de rapports de recherche. En outre, les analystes de recherche reçoivent une rétribution sur la base, en partie, de la qualité et de la précision de leur analyse, des retours formulés par les clients, de facteurs concurrentiels et de l’ensemble des revenus de LIAM ou LAM, inclus les revenus des frais de gestion, des frais de conseil en gestion et des commissions de distribution.


© 2021 LYXOR INTERNATIONAL ASSET MANAGEMENT ALL RIGHT