27 Sep 2019

L'investissement ESG se fait-il au détriment de la performance ?

Banner-image

Bienvenue dans la troisième et dernière partie de notre série sur l'investissement ESG.

Nous nous sommes penchés dans notre premier article sur trois des principaux facteurs à l'origine de la progression de l'ESG dans les portefeuilles d'investissement : les récentes crises financières, une prise de conscience accrue du changement climatique et une pression réglementaire de plus en plus importante façonnent l'univers d'investissement actuel.

La semaine dernière, nous avons analysé la demande pour les produits ESG à travers les flux vers les fonds actifs et passifs (ces derniers affichant une croissance exponentielle).

Aujourd'hui, nous nous intéressons à la question au centre du débat : ces principes imposent-ils de renoncer à une part de performance ?

La question au cœur de débat ESG

Un investissement durable implique-t-il un sacrifice en termes de rendements potentiels ?

Pour répondre à cette question, la Lyxor-Dauphine Research Academy a commissionné auprès de chercheurs de l’Université de Lausanne une étude sur le lien entre l’investissement ESG et la performance globale. Leurs conclusions sont publiées dans un article intitulé « ESG Investing: From Sin Stocks to Smart Beta1 ».

Cette recherche est fondée sur trois questions clés :

  • Un investissement ESG peut-il peser sur la performance d’un portefeuille ?
  • Quels types de biais une stratégie de filtrage ESG positif entraîne-t-elle ?
  • Certains facteurs fonctionnent-ils mieux que d’autres ?

1er volet : Définition de l’univers de titres et de la méthode de notation ESG

Les chercheurs, Fabio Alessandrini et Eric Jondeau, ont retenu jusqu'à 7.000 actions monde de l’indice MSCI All Country World et analysé une grande variété de caractéristiques de risque et de rendement sur la période janvier 2007 - décembre 2018.

Ils ont attribué à chaque entreprise une note de 0 à 10 pour chaque composante ESG (environnement, social et gouvernance), ainsi qu’une note ESG combinée.

2ème volet : Analyse de l’impact de l’exclusion de titres sur la base de notations ESG

Les chercheurs ont ensuite étudié les répercussions de l'exclusion progressive des titres de l'univers de départ, sur la base de cette note ESG.

Ils ont tout d'abord constaté que l’exclusion progressive des moins bons élèves en la matière entraînait une amélioration de la note ESG moyenne des entreprises conservées au sein du portefeuille. Ils n'ont en revanche constaté aucune amélioration ni aucune détérioration au niveau des caractéristiques de risque et de rendement.

Effets du filtrage ESG sur l'indice MSCI Europe

video

Les deux chercheurs ont par la suite observé l’effet d'un filtrage des entreprises du portefeuille d’après leurs notes environnementales, sociales ou de gouvernance. Ils sont ainsi arrivés, en substance, à une conclusion similaire : l’amélioration du profil ESG d’un portefeuille ne se fait pas au détriment des performances corrigées du risque.

Le constat est le même lorsque l'on applique ce filtrage ESG à des portefeuilles smart beta. Ils ont remarqué à cet égard que, dans la plupart des cas, le filtrage ESG améliore la performance, même ajustée du risque.

3ème volet : Évaluation des biais « accidentels » induits par le filtrage ESG

Si ces résultats vont dans le sens de l'investissement ESG, les chercheurs ont aussi mis en lumière des biais géographiques et sectoriels qui peuvent découler d’un tel filtrage.

Les chercheurs ont découvert que plus ce filtrage est strict, plus il s’accompagne d’un biais prononcé en faveur des actions des régions Europe et Pacifique et en défaveur des actions des États-Unis et des marchés émergents.

En effet, les entreprises implantées aux États-Unis et dans les marchés émergents récoltent une notation ESG absolue inférieure à celles situées en Europe et dans la région Pacifique.

De même, l’exclusion progressive des titres les moins bien notés donne lieu à une sous-pondération dans les secteurs financier et de l’énergie et à une surpondération dans les technologies de l’information et les secteurs industriels. Elle implique également une réduction de l'exposition aux primes factorielles de taille et de valeur.

Une approche ESG plus agressive conduit généralement à miser fortement sur de grandes entreprises conservatrices et rentables, concluent Fabio Alessandrini et Éric Jondeau.

Le point de vue de Lyxor

Les investisseurs s'interrogent à juste titre : la préférence pour l’investissement durable et socialement responsable implique-t-elle un sacrifice en matière de performance ?

Ce projet de recherche tend à répondre non à cette question. D’après l’analyse des performances historiques d’actions appartenant à l’indice MSCI All Country World, une politique d’exclusion fondée sur la note ESG des entreprises ne nuit absolument pas aux performances du portefeuille.

Dans certains cas, elle aboutit même à des rendements ajustés du risque supérieurs par rapport à l’univers de départ.

Toutefois, les investisseurs doivent garder à l'esprit que le filtrage ESG est susceptible de créer d’importants biais géographiques et sectoriels - comme une orientation vers les titres d'Europe ou du Pacifique - ainsi qu'en faveur de grandes entreprises conservatrices et rentables.

Il y a encore beaucoup à apprendre dans le domaine de l’intégration du smart beta et des facteurs ESG, et autant à faire pour concevoir des algorithmes permettant d'optimiser le profil ESG des portefeuilles tout en maintenant l’exposition aux facteurs de risque sous contrôle.

À retenir de la partie 3 :

  • Les investisseurs ESG n'ont pas à transiger sur les performances.
  • Une stratégie de filtrage positif axée sur les notes ESG peut élever le profil ESG de portefeuilles traditionnels et smart beta passifs et actifs, sans obérer les rendements corrigés du risque.
  • Une stratégie de filtrage axée sur les notes ESG appliquée aux dix dernières années a donné lieu à d'importants biais géographiques et sectoriels.

1 ESG Investing: From Sin Stocks to Smart Beta Alessandrini, Jondeau, juin 2019.

Informations importantes

Ce document est destiné exclusivement à des investisseurs agissant pour compte propre et appartenant à la classification « contreparties éligibles » ou « clients professionnels » au sens de la directive 2014/65/EU relative aux marchés d’instruments financiers.

Ce document est de nature commerciale et non règlementaire. Avant tout investissement dans ce produit, les investisseurs sont invités à se rapprocher de leurs conseils financiers, fiscaux, comptables et juridiques. Il appartient à chaque investisseur de s’assurer qu’il est autorisé à souscrire ou à investir dans ce produit.

Les UCITS ETFs Lyxor sont des fonds français ou luxembourgeois, agréés respectivement par l’Autorité des marchés financiers ou la Commission de Surveillance du Secteur Financier, et dont les parts ou actions sont autorisées à la commercialisation dans plusieurs pays européens (les Pays de Commercialisation) conformément à l’article 93 de la Directive 2009/65/CE. Lyxor International Asset Management (LIAM) recommande aux investisseurs de lire attentivement la rubrique « Profil de risque » de la documentation produit (prospectus et DICI, le cas échéant). Le prospectus en français (pour les UCITS ETFs français) ou en anglais (pour les UCITS ETFs luxembourgeois),  ainsi que le DICI dans les langues des Pays de Commercialisation sont disponibles gratuitement sur www.lyxoretf.com ou sur demande auprès de client-services-etf@lyxor.com.

La composition actualisée du portefeuille d’investissement des UCITS ETFs Lyxor est mentionnée sur le site www.lyxoretf.com. En outre la valeur liquidative indicative figure sur les pages Reuters et Bloomberg du produit et peut également être mentionnée sur les sites internet des places de cotation du produit. Les UCITS ETFs font l’objet de contrats d’animation qui visent à assurer la liquidité du produit en bourse, dans des conditions normales de marché et de fonctionnement informatique. Les parts ou actions de l’OPCVM coté («UCITS ETF») acquises sur le marché secondaire ne peuvent généralement pas être directement revendues à l’OPCVM coté. Les investisseurs doivent acheter et vendre les parts/actions sur un marché secondaire avec l’assistance d’un intermédiaire (par exemple un courtier) et peuvent ainsi supporter des frais. En outre, il est possible que les investisseurs paient davantage que la valeur nette d'inventaire actuelle lorsqu'ils achètent des parts /actions et reçoivent moins que la valeur nette d'inventaire actuelle à la revente.

Ces produits comportent un risque de perte en capital. Leur valeur de remboursement peut être inférieure au montant investi. Dans le pire des scénarii, les investisseurs peuvent perdre jusqu’à la totalité de leur investissement. Il n’y a aucune garantie que l’objectif du fonds soit atteint. Le fonds peut ne pas toujours être en mesure de répliquer parfaitement la performance de(s) (l’) indice(s).

Les indices et marques utilisées dans ce document sont la propriété intellectuelle des sponsors d’indices et leur utilisation est soumise à licence. Les UCITS ETFs Lyxor ne bénéficient pas, de quelque manière que ce soit, du parrainage, du soutien ou de la promotion des sponsors d’indices, qui n’assument aucune responsabilité en lien avec ces produits.

Les indices ne sont ne parrainés, ni approuvés, ni vendus par Société Générale ou LIAM. Ni Société Générale ni LIAM n’assumeront une quelconque responsabilité à ce titre.

Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas enregistrées en vertu du U.S. Securities Act de 1933, tel que modifié (le U.S. Securities Act) et ne peuvent être ni offertes, ni cédées, ni transférées, ni transmises, ni attribuées aux Etats-Unis d’Amérique ou à tout ressortissant américain (US Person) tel que ce terme est défini par la Réglementation S de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières (Regulation S of the US Securities Act). Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas offertes à des US Persons. Les parts ou actions des UCITS ETFs seront offertes uniquement en dehors des États-Unis d’Amérique à des personnes n'étant pas des ressortissants américains (non-US Persons).

Aux fins des présentes, une US Person désigne, mais sans s’y limiter, toute personne physique résidant aux États-Unis d’Amérique, toute entité organisée ou constituée en vertu du droit des États-Unis d’Amérique, certaines entités organisées ou constituées en dehors des États-Unis d’Amérique par des ressortissants américains, ou tout compte détenu au profit d'un tel ressortissant américain.

Ce document ne constitue, de la part de Société Générale, LIAM ou l’une de leur filiale, ni une offre, ni la sollicitation d’une offre en vue de l’achat ou de la vente du produit qui y est décrit.​

Lyxor International Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2014/91/EU) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution.

Disclaimer Recherche

Lyxor International  Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2009/65/CE) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel.Lyxor International Asset Management (LIAM) ou Lyxor Asset Management (LAM) peuvent ou ont pu entretenir des relations commerciales avec des entreprises couvertes par les rapports de recherche. En conséquence, les investisseurs doivent etre informés que LIAM, LAM, ou leurs employés, peuvent avoir un conflit d’intérêt susceptible de porter atteinte à l’objectivité de ce rapport. Dans le cadre de la prise de décision d’investissement, les investisseurs doivent considérer ce rapport comme un facteur individuel. Merci de vous référer à l’appendice de ce document pour la ou les certification(s) du ou des analyste(s), des informations importantes et les disclaimers. Ou consulter notre page web dediée www.lyxoretf.com/compliance.

Conflit d’intérêt

Le contenu de cette page reflète les vues, opinions et recommandations de la recherche cross-asset de Lyxor Asset Management ("LAM") et des analystes et stratégistes de la recherche ETF de Lyxor International Asset Management ("LIAM"). Dans la mesure où cette recherche recouvre des idées d’investissement fondées sur des vues macroéconomiques de conditions de marchés ou de valeur relative, elle peut être différente des opinions et recommandations fondamentales de la recherche cross-asset et de la recherche ETF présentées dans les rapports de recherche sur des secteurs ou entreprises produits par la recherche cross-asset ou la recherche ETF, ainsi que des vues et opinions d’autres départements de LAM, LIAM et de leurs filiales. Les analystes et/ou stratégistes de la recherche cross-asset Lyxor et de la recherche ETF consultent périodiquement les équipes commerciales et les équipes de gestion de LIAM ou LAM à propos d’informations sur le marché, incluant, mais ne se limitant pas, à l’établissement des cours, des niveaux de spreads et de l’activité de négociation des ETF répliquant des indices actions, obligataires et sur matières premières. Les tables de négociation peuvent négocier ou avoir négocié en tant que principal sur la base de vues et rapports des analystes de recherche. Lyxor a des politiques et procédure de recherche obligatoires qui sont raisonnablement conçues pour (i) s’assurer que les faits présentés dans les rapports de recherche sont fondés sur des informations fiables et (ii) pour éviter la diffusion sélective et non appropriée de rapports de recherche. En outre, les analystes de recherche reçoivent une rétribution sur la base, en partie, de la qualité et de la précision de leur analyse, des retours formulés par les clients, de facteurs concurrentiels et de l’ensemble des revenus de LIAM ou LAM, inclus les revenus des frais de gestion, des frais de conseil en gestion et des commissions de distribution.